Le Stade Malherbe prend une déculottée à domicile et devient la nouvelle lanterne rouge du championnat de ligue 1

On a perdu des matchs mais on n’a jamais été dans l’abandon comme ce soir. (…) Aujourd’hui, tout le monde est passé au travers: les joueurs titulaires, les joueurs sur le banc, le staff dans son ensemble. (…) sur le banc, j’ai fait la même analyse que nos supporters : si on reste comme ça, on est en ligue 2.” 

C’est peu dire que Fabien Mercadal et ses hommes ont passé  ce samedi soir une très mauvaise soirée, l’une des plus sombres de la saison. Face à une équipe de Saint-Etienne pourtant privée de plusieurs joueurs (des blessés et des suspendus), le Stade Malherbe a fait la triste démonstration qu’il était toujours possible de descendre encore plus bas.
 

Le premier but encaissé dés la cinquième minute a eu l’effet d’un coup de massue sur la tête des Malherbistes, déjà en mal de confiance. Et c’est c’est un ancien Caennnais, Romain Hamouma, qui l’a asséné, profitant d’une erreur de la main de Brice Samba. Un Romain Hamouma qui a été un peu l’homme du match en contribuant, par ses passes décisives, aux deux buts suivants (Béric à la 20e et Nordin à la 31e). 3-0 à la mi-temps. Et comme pour mieux enfoncer les clous du cercueil normand, les hommes de Jean-Louis Gasset en ont inscrit deux autres en tout fin de rencontre.
 

Avec la victoire de Guingamp le même soir face à Dijon, le Stade Malherbe de Caen se retrouve avec le bonnet d’âne de la ligue, tout au fond de la classe. “Après ce genre de défaite, il faut se taire et travailler, accepter le fait qu’on va être critiqué, ne pas remettre la faute sur l’autre“, estime Fabien Mercadal. Mais il ne suffira pas de simplement serrer les dents, en attendant que l’orage passe, pour remonter la pente.  “La mission va être très très compliquée mais on a le devoir d’y croire jusqu’au bout (il reste 9 journées), de faire honneur à ce maillot parce que ce soir, on n’a pas fait honneur à ce maillot.

Pour le coach, et c’est son rôle, tout est encore possible. La victoire de Guingamp le prouve, selon lui. Et le club ne manque pas ses ressources. “On a un staff soudé, on a des joueurs de qualité qui doivent revenir à leur niveau, on a aussi des jeunes du club qui peuvent être présents, il y a quand même des forces dans ce club, on a un public qui est capable de nous soutenir quand on est performant et qu’on se bat. Ce sont toutes ces forces qu’il faut utiliser.” Des ressources qu’il va falloir rapidement mobiliser pendant la trêve hivernale avant la reprise face à Monaco le dimanche 31 mars.

La conférence de presse d’après-match de Fabien Mercadal

Caen – Saint(Etienne: conférence de presse d’après-match de Fabien Mercadal