Golden State corrige OKC, soirée noire pour Portland

Golden State a assuré sa qualification pour les play-offs 2019. Les Warriors ont signé leur 47e victoire de la saison face à OKC (110-88) et, selon le règlement, ils devanceraient l’actuel 9e, Sacramento (33 v-35 d), même s’ils perdaient leurs 14 derniers matchs de saison régulière. La franchise d’Oakland participera à la phase finale pour la septième saison consécutive, soit la plus longue série de son histoire. Les Dubs ont écœuré Russell Westbrook et ses coéquipiers devant leur public dès le premier quart-temps, conclu sur le score sans appel de 40-27.

Les double champions NBA en titre ont encore accru leur avance durant le 2e quart-temps sous l’impulsion de Stephen Curry qui a marqué 19 de ses 33 points avant la pause. Klay Thompson a apporté 23 points en l’absence de Kevin Durant qui, touché à une cheville, a manqué ses retrouvailles avec le public d’OKC, toujours houleuses depuis qu’il a rejoint Golden State en 2016. “On a imposé notre jeu tout au long du match et on a produit un très bon match, dans tous les secteurs, en particulier au rebond“, s’est réjoui Curry.

Westbrook muselé

Le Thunder a souffert face à la défense très agressive de Golden State, incarnée par DeMarcus Cousins. Si Paul George a marqué 29 points, Westbrook a été limité à sept points avec une réussite au tir désastreuse (2 sur 16, 0 sur 7 à trois points). OKC reste 5e de la conférence Ouest malgré cette deuxième défaite consécutive (42 v-28 d). Mais le Thunder se retrouve sous la menace de San Antonio (6e, 41 v-29 d) qui a enchaîné une huitième victoire de suite, devant Portland (108-103).

Durant le 3e quart-temps de cette rencontre entre Spurs et Blazers, CJ McCollum est retombé lourdement au sol après un contre d’un joueur des Spurs. Il a regagné les vestiaires soutenu par deux coéquipiers et doit passer un IRM dimanche à son retour à Portland. “Tout ce que je peux dire, c’est que cela fait mal, dès que je suis retombé à terre, la douleur a été très forte“, a expliqué l’arrière qui tourne à une moyenne de 21,5 points par match cette saison.

Le dauphin de Golden State, Denver, a été bousculé par Indiana, mais s’est imposé 102 à 100 malgré l’exclusion en fin de match de son meilleur marqueur Nikola JokicPaul Millsap a marqué le panier de la victoire à sept secondes de la sirène et les Nuggets ne sont plus qu’à une victoire d’une première qualification en play-offs depuis 2013.

Boston se fait peur

A l’Est, Boston a compté jusqu’à 25 points d’avance face à Atlanta, mais a laissé les Hawks revenir dans la rencontre. Les Celtics se sont finalement imposés 129 à 120 grâce à leur meneur Kyrie Irving qui a frôlé un second triple double consécutif avec ses 30 points, onze rebonds et neuf passes décisives. La franchise la plus titrée de l’histoire a connu un passage à vide en 3e période -un seul panier marqué pendant plus de sept minutes-, qui aurait pu lui coûter cher.

Un temps distancé (103-78), Atlanta, porté par le rookie Trae Young (26 pts) et l’inusable Vince Carter, 42 ans (16 pts), a égalisé à six minutes de la sirène (112-112). Irving et Jaylen Brown (23 pts) ont redonné de l’air aux Celtics qui ont remporté cinq de leurs six derniers matchs. Boston reste 5e de la conférence Est (43 v-27 d), mais revient sur les talons de Philadelphie (44 v-25 d) et d’Indiana (44 v-26 d).

A noter également, la victoire du Jazz d’un Rudy Gobert malade mais décisif contre Brooklyn (114-98) et la fin de match très mal gérée des Pelicans. New Orleans a demandé un temps mort à 136-136 face à Phoenix en fin de prolongations alors que la limite avait déjà été atteinte. Résultat, une technique et une défaite 138-135 contre les Suns. Enfin, Bradley Beal a planté 40 points contre Memphis dans la victoire des Wizards (135-128), son record en carrière. Quant à Dirk Nowitzki, il est désormais à 4 points de dépasser Wilt Chamberlain, sixième meilleur marqueur de l’histoire de la NBA.