ASM : jouer à 12h30… Ca change quoi ?

A l’heure où les familles se retrouvent pour le traditionnel repas dominical, joueurs et supporters de l’ASM vont eux communier du côté du stade Michelin. Pour la première fois de la saison, la Ligue a calé le match de l’ASM le dimanche à 12 h 30. Les hommes de Franck Azéma vont devoir donc s’adapter pour préparer au mieux la réception de la Section Paloise. Si leurs habitudes ne vont pas être bousculées dans les grandes lignes, cela demande tout de même un minimum d’adaptation.

Un brunch plutôt qu’une collation 

La fameuse collation d’avant match est bien évidemment le premier point où les joueurs vont devoir faire un effort d’adaptation. D’habitude, les Clermontois partagent un bon repas quatre heures avant la rencontre. Niveau timing les choses seront similaires, mais le menu sera un peu transformé. Manger des pâtes à 8 heures du matin reste tout de même bien particulier, comme l’explique Franck Azéma. « Le plus difficile je pense, c’est le repas que tu dois prendre 4 heures avant le match. C’est en effet plus difficile de manger du poulet à 7h30 ou 8h quand d’habitude on prend un croissant. Mais on va essayer d’aménager les choses. Ce sera plus un brunch qu’une grosse collation. Il faut veiller à ce que les mecs aient quelque chose dans le ventre. »

Et du côté des joueurs, comment appréhende-t-on la chose ? Et bien, on essaie de faire contre mauvaise fortune bon coeur. « Les pâtes à 8 heures du matin c’est sûr que ce n’est pas génial. Mais après on peu se consoler en se disant que si l’on arrive à être performant on peut fêter la victoire jusqu’au soir. Il faut voir le bon côté des choses », relativise Rémi Lamerat. Manger de bonne heure, cela ne pose en revanche aucun problème à Peceli Yato. « Normalement les jours de match, je fais le petit déjeuner à la maison. Mais ca ne me dérange pas trop de manger comme ça tôt le matin. »

Et au niveau du sommeil ?

En revanche du côté du sommeil, les Clermontois ne vont pas être trop perturbés. Durant toute la saison, ils s’entraînent le matin. Leur horloge biologique ne va donc pas souffrir lorsque le réveil va sonner ce dimanche matin. « On s’entraîne tous les jours les matins. Les gars sont là à 7h30. Ils ne vont pas être surpris de devoir se réveiller », assure Franck Azéma.

La palme de la relativisation est attribuée à Fritz Lee. Le troisième ligne centre prend les choses avec beaucoup d’humour, lui qui assure n’avoir jamais joué à cet horaire là. « C’est bizarre cet horaire ! C’est la première fois de ma carrière que je joue à midi ! Normalement j’aime bien dormir les matins. Même si je suis habitué avec les enfants à la maison (rires). C’est sûr que c’est un peu différent dans notre préparation. On va voir ce que ça va donner. » 

Arnaud Clergue (avec Vincent Balmisse)