La Chine pense terminer son soleil artificiel …avant la fin de l'année

L’autorité chinoise vient de déclarer que son « soleil artificiel » sera achevé cette année. Novembre dernier, les chercheurs chinois ont déjà annoncé que la conception du réacteur EAST, ou « Experimental Advanced Supraconducting Tokamak », montait à un niveau supérieur. À présent, une étape plus importante a été franchie en atteignant la température de cent millions de degrés Celsius.

La construction du « Tokamak HL-2M » est arrivée à son terme. Duan Xuru, responsable de « China National Nuclear Corporation », a affirmé que les ingénieurs sont en train de finaliser les travaux.

Cette déclaration officielle a été faite lors de la session annuelle de la conférence consultative politique du peuple chinois.

« Le plasma du soleil artificiel est principalement composé d’électrons et d’ions », a expliqué Duan aux médias. « Les Tokamak ont atteint la température voulue, et c’est l’ion qui génère l’énergie dans le dispositif ».

Une température largement plus élevée que celle du Soleil

La fusion nucléaire est une technique stupéfiante suivant laquelle l’hydrogène de l’eau de mer et du lithium est chauffé à plus de cent cinquante millions de degrés Celsius. Les noyaux atomiques commencent à fusionner en libérant d’énormes quantités d’énergie.

Avec le tokamak HL-2M, les scientifiques estiment pouvoir imiter le processus générateur d’énergie qu’effectue le vrai Soleil. Finalement, il est en mesure d’atteindre une température sept fois supérieure, ce qui est extraordinaire. Cela répond à l’un des trois défis à relever pour maîtriser la fusion nucléaire.

Cet appareil servira de modèle aux futurs réacteurs à fusion nucléaire. Pour la communauté scientifique, c’est un grand pas vers le Graal de la production d’énergie. Le concept semble constituer une réponse au besoin d’énergie propre et illimitée que l’humanité revendique. Ce projet ambitieux a battu tous les records.

Cependant, la construction ne s’arrêtera que lorsque la température sera maintenue durant un certain temps, à peu près un millier de secondes. Auparavant, les ingénieurs ont réussi à la garder pendant soixante secondes. Duan Xuru, est convaincu que ce sera pour cette année.

La course s’intensifie

En 1989, des scientifiques américains ont prétendu avoir mis au point un moyen pour produire une fusion nucléaire à température ambiante. Martin Fleischmann et Stanley Pons ont nommé ce processus le « Cold Fusion ».

Actuellement, la course à la construction d’un réacteur à fusion s’intensifie de plus en plus. De nombreuses entreprises internationales dépensent énormément de ressources pour trouver une méthode efficace.

Les experts affirment que l’avenir de cette source d’énergie dépendra du succès de ce premier soleil artificiel.


MediaCongo

FREDZONE / MCP, via mediacongo.net