"Alita : Battle Angel", le monde rêvé des techno-optimistes qui tourne au cauchemar

CINÉMA – Quand on entend les transhumanistes, ces fans de technologie et de science optimistes, on a l’impression que le futur sera radieux, notamment grâce à l’augmentation de l’homme, intellectuelle, technique et biologique. Mais le film “Alita: Battle Angel“, adapté du manga culte Gunnm, montre plutôt l’hypothèse inverse.

Le monde décrit, rempli de cyborgs et où règne la loi du plus fort, est tout sauf enchanteur, même si le réalisateur Robert Rodriguez a affirmé au HuffPost qu’il ne faut pas avoir peur des progrès de la technologie. Pour autant, ce monde décharge et son antithèse, Zalem, la cité suspendue, interrogent sur le risque de dérive de notre civilisation.

C’est en tout cas l’avis du prospectiviste Olivier Parent, qui s’est demandé pour Le HuffPost ce qu'”Alita: Battle Angel” avait à nous dire sur demain. Retrouvez son analyse dans la vidéo en haut de l’article.

Retrouvez cette chronique par écrit et l’actualité de vos avenirs sur futurhebdo.fr

À voir également sur Le HuffPost: