VIDÉO – Avant la Saint-Valentin, c'est aussi la fête… des amants!

Il y a la Saint-Valentin. Et puis le “Mistress Day” ou “la fête des amants”… Cette tradition officieuse, venue tout droit du monde anglo-saxon qui célèbre donc les couples illégitimes, prend, petit à petit de l’ampleur. 

Si certains établissements n’hésitent pas à ouvrir leurs portes pour des événements spéciaux, comme cet hôtel à la frontière belge, pour d’autres, c’est l’occasion de casser (un peu plus) leur tirelire. 

Selon le visiblement bien informé site de rencontres extra-conjugales Gleeden, cette fête est l’occasion d’offrir des cadeaux à son amant ou sa maîtresse. Pour qui l’on dépense plus que pour l’officielle: 200 euros en moyenne contre une centaine pour le ou la légitime.

Cadeau le plus répandu: les roses! Près de 600.000 roses vendues en France chaque année, dont un quart au moment de la Saint-Valentin. Et parmi elles, 1 sur 5 vient du Kenya, mais aussi d’Ethiopie ou d’Equateur. En réalité, très peu sont encore produites en France. Et elles sont beaucoup plus chères: 6 euros la tige contre seulement 20 centimes pour les étrangères.

Ces dernières sont réfrigérées, acheminées par avion et vendues sur le marché d’Amsterdam avant d’être distribuées partout en Europe. Pas très vertes finalement ces fleurs.