On a imaginé les Victoires du Rap, et ça change tout

Trois jours après les Victoires de la Musique, force est d’avouer que pour une fois la cérémonie s’est plutôt bien déroulée. Le rap n’a pas été délaissé et on s’en serait presque contenté. 

Pourtant, un peu malgré elles, les Victoires laissent tout de même un arrière-goût amer, comme si elles n’avaient pas suffit à assouvir le public rap… Ce n’est jamais assez bien. Et ce n’est pas qu’on veuille critiquer, c’est juste que tenter de résumer une année de rap en 3 catégories, ça reste forcément un peu frustrant. Au final, peut-être que ce qu’il nous faut pour être satisfaits, ce serait une cérémonie hip-hip/urbaine à part entière ? Dans nos rêves, voilà à quoi celle-ci ressemblerait…

De nouvelles catégories

Bon, si le rap venait à avoir sa propre soirée de récompenses, on pourrait enfin arrêter de râler sur les catégories bancales des Victoires. Pire encore, on pourrait se lâcher en remerciant ceux qu’on oublie toujours… On pense notamment à une catégorie “Meilleur Pochette d’Album”, qui remercierait enfin les photographes pour leur taff. Bah oui, parce que le visuel de l’album c’est le premier truc que vous découvrez sur les nouveaux projets de vos rappeurs favoris…

Il faudrait aussi prendre soin de distinguer les plusieurs catégories du rap. C’est sûr France 2 ne risque pas de donner un prix à Kekra ou à Vald, parce que trop street à leur goût. Pourtant ces derniers l’auraient bien mérité en 2018. Représenter les plusieurs sous-catégories du rap apparaît alors comme une réelle nécessité. Bien sûr, on conserverait évidemment la catégorie “Meilleur Clip” car c’est peut-être la plus cool que les Victoires de la Musique possèdent actuellement. Mais surtout, on rajouterait la “Meilleure production musicale”, parce les beatmakers ont eux aussi le droit à leur heure de gloire.

Une sélection plus pointue

Un peu dans la lignée du paragraphe précèdent, le problème des Victoires de la Musique, c’est que comme elles tentent de congratuler tous les genres musicaux français en une soirée, elles choisissent souvent des artistes très mainstream pour leur catégorie rap/ musique urbaine. Aya Nakamura, Orelsan, Damso et Big Flo & Oli faisant partis des plus gros vendeurs de disques de l’année. Pas compliqué de faire l’unanimité donc… Bien sûr, on aime nos grosses têtes du rap, mais ce serait cool de pouvoir remarquer le talent d’artistes un peu moins inter-générationnels.

Dans les Victoires du Rap donc, il faudrait aussi encourager les artistes émergents et essayer de valoriser la qualité plus que la notoriété. À ce sens, Jeannine de Lomepal et Imany de Dinos auraient eu leur place volontiers sur le podium. Et comme on est sympa, et qu’on sait que la cérémonie des Victoires de la Musique peine également à présenter fidèlement la catégorie genre urbain qu’ils ont créée, on ne serait pas contre reprendre leur fourre-tout pour en faire quelque chose de plus censé. Car bien qu’Angèle ne fasse pas du rap, on n’imagine pas nos nouvelles Victoires sans elle.

Un jury et des présentateurs à la hauteur

Et bien sûr, si le rap venait à avoir son propre show, il faudrait se faire plaisir sur les guests. On pense déjà à tous les journalistes français qui ont analysé le style musical depuis de nombreuses années : Mehdi Maïzi, Pascal Cefran, Mouloud Achour… Contestés ou non, on ne peut que reconnaître que ces derniers savent de quoi ils parlent et qu’ils seraient plus à même de juger que n’importe quel autre comité ( habituellement composé d’une façon très hasardeuse).

D’ailleurs, on pourrait même envisager de faire des jurys adaptés à chaque catégorie pour être plus juste dans les votes. En effet, celui qui élit une pochette ne peut pas être qualifié pour décider du meilleur clip car il y a dans chaque catégorie des spécificités propres à de véritables métiers. Ainsi, ce qui paraîtra incroyable aux yeux du grand public n’est peut-être pas ce qu’il y aura de mieux techniquement.

Exit France 2, tout se passe sur YouTube

Oui, en gros le vrai problème de la catégorie rap et de sa petite soeur musique urbaine sur France 2, bah c’est justement que c’est sur France 2. Aux heures de prime-time sur une chaîne télévisée familiale, l’émission ne peut se permettre de créer la controverse ou d’afficher des contenus qu’elle estime “vulgaires”, bien qu’elle ait cette année effectué quelques compromis avec Damso notamment.

Or, si les Victoires du Rap venaient à exister, il faudrait qu’il y ait une grande liberté de contenu pour que celles-ci soient une véritable réussite. Et puis aujourd’hui, ceux qui écoutent le rap sont davantage sur les réseaux sociaux que devant la télévision, alors ce serait plus cohérent qu’on puisse retrouver notre petit plaisir de l’année sur YouTube par exemple. Ce serait également une façon d’honorer le rap sans avoir besoin de le censurer. Qui plus est, la plateforme semble également plus représentatif du hip-hop et de certains de ses rappeurs, qui sont nés grâce à elle.

Reconnaissons donc que ce nouvel évènement pourrait bien mettre tout le monde d’accord, et enfin permettre au rap d’être apprécié à sa juste valeur. Finalement, on ne cherche pas à changer les Victoires de la Musique, mais les différentes contestations auxquelles celles-ci ont été confrontées, montrent peut-être le besoin ressenti par la communauté hip-hop d’avoir sa propre remise de prix. Une chose est certaine, si l’idée venait à se concrétiser, il faudra encore attendre quelques années avant de la voir sur nos écrans.