Neuville pour un doublé, Ogier, Tänak et Loeb en embuscade

Le Belge Thierry Neuville (Hyundai) va essayer de répéter sa victoire de l’an dernier au rallye de Suède, qui débute aujourd’hui et se clôture dimanche, mais les Français Sébastien Ogier (Citroën) et Sébastien Loeb (Hyundai) ainsi que l’Estonien Ott Tänak (Toyota) sont en embuscade.

Après sa victoire au Monte-Carlo, 1re manche de la saison, Ogier aborde comme souvent en leader du championnat ce rallye qu’il a remporté à trois reprises (2013, 2015 et 2016) lorsqu’il était chez Volkswagen. Corollaire de cette position, il balayera la route demain, ce qu’il qualifie de « très handicapant ». « Sébastien et Julien (Ingrassia, son copilote) auront la lourde tâche d’ouvrir la piste avec la C3 WRC et d’y faire la trace pour les suivants en cas de présence de neige fraîche en surface. Une difficulté supplémentaire sur une épreuve qui n’en manque pas déjà », souligne Citroën.

Selon les organisateurs de la seule manche totalement hivernale de la saison, « les conditions d’enneigement sont bonnes », même si « nous n’attendons pas plus de neige » pour les jours à venir. « Les conditions extrêmement froides depuis Noël ont laissé une certaine quantité de neige sèche sur les routes et les premiers retours indiquent qu’elles ne disposent pas de la traditionnelle couche de glace permettant aux pneus cloutés de faire valoir toute leur efficacité sur ce terrain de jeu. Les prévisions font également état de températures s’élevant jusqu’à 4° C durant l’épreuve », ajoutent-ils sur leur site officiel. « Il faudra voir comment va évoluer le terrain sur les deuxièmes passages, mais je crains qu’avec la couche de glace présente actuellement, la terre apparaisse rapidement », arrachant les clous et réduisant l’adhérence, souligne Ogier, sextuple champion du monde en titre.

Ces conditions pourraient profiter au véloce Tänak, qui avait pâti de l’annulation au Monte-Carlo de la troisième spéciale, sur laquelle il misait pour faire la différence. Il n’avait du coup terminé que 3e derrière Ogier et Neuville, qui le devancent au championnat. L’Estonien, troisième à s’élancer demain, et ses suivants, dont Loeb, devraient profiter du balayage effectué par le Français et le Belge. Le nonuple champion du monde, qui effectue la deuxième de ses six piges en WRC cette année, après celle du Monte-Carlo, ne compte lui qu’une victoire en Suède (en 2003) alors qu’il courait chez Citroën.

Petit plaisir pour Gronhölm

Toyota pourra aussi compter sur le Finlandais Jari-Matti Latvala (33 ans), quadruple vainqueur de l’épreuve (2008, 2012, 2014, 2017) et qui va battre en Suède le record du nombre de départs en championnat du monde (197), détrônant l’Espagnol Carlos Sainz. Le constructeur japonais va également aligner au départ de cette manche – qui fera une incursion en Norvège demain – un autre « Finlandais volant », le vétéran Marcus Grönholm, double champion du monde en 2000 et 2002, qui se fait un petit plaisir à 51 ans. C’est sur ces mêmes routes qu’il avait disputé son dernier rallye en WRC, en 2010, et il a remporté l’épreuve cinq fois (2000, 2002, 2003, 2006 et 2007), un record qu’il partage avec le Suédois Stig Blomqvist. « C’est un cadeau que je me fais pour mes 50 ans », avait-il confié lors de sa récente intronisation au Hall of Fame des pilotes de rallye à Paris. « J’espère passer un bon moment dans une nouvelle voiture et réaliser peut-être de bons chronos », avait-il ajouté.

Grönholm et les autres s’offrent 19 spéciales (1 super spéciale ce soir, 7 demain, 8 samedi et 3 dimanche), soit 316,80 km chronométrés, assez proches du parcours de l’an dernier.

Source : AFP

À la une