« Ma mère, le crabe et moi » : ne ratez pas ce téléfilm bouleversant avec Emilie Dequenne

A 38 ans, Cathy jongle essentiellement avec son job (prenant) et sa fille Tania (quatorze ans). Quand elle apprend qu’elle a un cancer du sein, la jeune femme décide de taire sa propre peur et de dire à sa fille qu’il s’agit « juste » d’une opération suivie d’une reconstruction. Sauf que, vous vous en doutez, comme dans la vie, les choses se compliquent parfois bien plus rapidement qu’on ne l’avait imaginé. Voilà Cathy après sa mastectomie embarquée dans des séances de chimiothérapie. Et le mot est posé : cancer. La réparation ce ne sera pas pour tout de suite. On aurait pu craindre que le sujet du cancer ne soit surjoué ou glamourisé, il n’en est rien. Ce téléfilm évoque tout ce que vivent les femmes confrontées au cancer : la fatigue, la peur, les effets secondaires des traitements, la dignité qui pousse à se lever et à se rendre au travail comme si de rien n’était, ce sursaut pour ne pas être vue « juste comme une malade ». Les rencontres amoureuses, pas faciles, voire inimaginables, le corps qui se fait la malle, la peur d’être jugée, d’être moins aimée, ou trop protégée.

Et puis, il y a Tania. Une ado qui vit ses premiers émois amoureux, accro à l’amitié et au running qui lave la tête. Face à la maladie de sa mère tout simplement inimaginable, cette fille de divorcés voit son quotidien exploser. Le binôme formé par Emilie Dequenne, qui interprète Cathy, et Lorette Nyssen (Tania) est plus qu’efficace. Dans le téléfilm, le duo mère-fille se fait et se défait. Cette scène capturée dans la salle de bain où l’ado trouve sa mère dévastée de voir ses cheveux s’envoler est très forte. De même, ce moment où Emilie Dequenne fume et danse sur les Rita Mitsouko avec sa meilleure amie, et se fait prendre sur le vif par sa fille. C’est la fille qui devient maternante. La mère qui rêve de légèreté, la fille qui a grandi d’un coup et ne veut plus jamais qu’on la prenne pour une enfant… et pourtant, elle l’est encore.  Comment protéger son enfant quand on a du mal à rester soi-même debout ? Ne pas tout lui dire, est-ce mentir ? Ou moins l’aimer ? Ne ratez pas ce film.
 
> « Ma mère, le crabe et moi », réalisé par Yann Samuell, d’après le roman d’Anne Percin (éditions du Rouergue),  sur France 2 ce soir à 21h05.