Des boues rouges d'Alteo déversées devant le ministère de la Transition écologique

Des opposants aux rejets en mer et au stockage en plein air des boues rouges de l’usine Alteo de Gardanne sont venus en déverser un chargement hier à Paris devant les portes du ministère de la Transition écologique.

Les boues avaient fait le trajet en camion depuis les Bouches-du- Rhône, après avoir été prélevées ce week-end sur leur site d’entreposage, ont expliqué les militants de l’association de protection de l’océan ZEA. “On y est entré comme dans un moulin, on y a même vu des joggeurs“, a déclaré Olivier Dubuquoy, géographe et fondateur de cette ONG. “Boues rouges toxiques, ni en mer ni à terre“, pouvait-on lire sur une banderole tenue par des militants au-dessus du tas de déchets. Une dizaine de personnes participait à cette action devant le ministère.

Et aussi Boues rouges : le recours de la société gardannaise Alteo rejeté

“Des livraisons régulières”

L'association a récupéré les déchets de l'usine gardannaise, aujourd'hui entreprosés dans une pinède près de Bouc.
L’association a récupéré les déchets de l’usine gardannaise, aujourd’hui entreprosés dans une pinède près de Bouc.Photo S.M.

Une fois son chargement déposé, le camion-benne a été aussitôt immobilisé par les gendarmes gardant le ministère. Son chauffeur a reçu une contravention, selon ZEA.

Une partie des boues a aussi été déversée devant les portes du fonds d’investissement HIG, propriétaire d’Alteo, dans le 8e arrondissement de la capitale. L’usine d’alumine de Gardanne “cherche à agrandir son stockage de boues rouges à terre, à poursuivre ses rejets en mer et à ‘valoriser’ ces déchets radioactifs et chargés de métaux lourds pour les disséminer partout en France“, ont dénoncé les représentants de ZEA. “Face à l’inaction de l’État et au cynisme de l’industriel et d’HIG, nous avons décidé que les responsables allaient devoir apprendre à vivre avec ces pollutions de boues rouges“, explique l’association dans un communiqué. Elle leur promet “d’organiser régulièrement des livraisons“.

Le ministère de la Transition écologique n’a pas réagi dans l’immédiat. Depuis 2016, sur ordre de l’État, Alteo – qui en 50 ans a envoyé en Méditerranée au moins 20 millions de tonnes de ces “boues” chargées d’arsenic ou de cadmium (au moins 30 millions selon l’ONG)-, entrepose ses résidus solides de bauxite à terre, sur le site en plein air de Mange-Garri, vaste espace désolé au milieu de la pinède de Bouc-Bel-Air.

Hier à Paris, les manifestants ont appelé “l’État et la Métropole à refuser l’augmentation de la zone de stockage de Mange-Garri demandée par Alteo“, et l’industriel à mettre le site en sécurité, à garantir la sûreté des eaux souterraines et stopper l’envol des poussières. Le leader mondial des alumines de spécialité continue en outre à rejeter ses effluents liquides en mer, au coeur du Parc national des Calanques, en vertu de dérogations accordées par l’État.

Et aussi Provence : l’industrie contrainte de se mettre au vert

“Pas de risque sanitaire” selon l’entreprise

En 2018, la justice a réduit de deux ans, à fin 2019, le délai accordé à l’usine pour mettre ces rejets liquides en conformité avec les normes environnementales. Dans un communiqué, l’industriel a assuré hier “poursuivre les efforts qui ont déjà permis d’améliorer significativement la qualité de ses rejets liquides“, avec notamment la mise en service en mars d'”une station de traitement innovante au CO2 des rejets“.

Selon l’entreprise, les résidus seconds de bauxite entreposés à terre “sont des déchets non dangereux qui ne présentent pas de risque sanitaire“. Alteo produit des éléments destinés à l’industrie électronique (écrans plats, batteries) et emploie à Gardanne 450 personnes.