Airbus annonce la fin de la production de son gros porteur A380

Les dernières livraisons de cet avion, qui n’est plus considéré comme adapté au marché des longs courriers, auront lieu en 2021.

Une page se tourne pour Airbus. Le constructeur aéronautique européen annonce jeudi 14 février l’arrêt de la production de son gros porteur A380. Les dernières livraisons auront lieu en 2021. Selon plusieurs sources internes, cet appareil n’est plus considéré comme adapté au marché actuel des longs courriers. Les compagnies aériennes ont en effet quasiment tiré un trait sur les avions dotés de quatre réacteurs, pour leur préférer des biréacteurs tels que l’Airbus A350, ou les Boeing 787 ou 777, qui possèdent le même rayon d’action que l’A380.

L’arrêt de la chaîne de l’A380 n’aurait quasiment pas d’impact social sur les salariés d’Airbus, affirment plusieurs sources internes à franceinfo. Il serait en effet facile de redéployer les effectifs concernés sur les avions très demandés comme l’A320 ou l’A350.

La compagnie Emirates, qui avait commandé vingt A380 en janvier dernier, compte en convertir un certain nombre en Airbus A350, le nouveau long courrier d’Airbus. Quatorze gros porteur seront finalement livrés à cette compagnie au cours des deux prochaines années. La semaine dernière, la compagnie Qantas a également annulé une commande de huit quadriréacteurs.

Contrairement à l’A380, les A350 ou Boeing Dreamliner n’obligent pas les aéroports à réaliser des travaux supplémentaires pour les accueillir. Ils consomment moins, avec des moteurs optimisés, et à cinquante passagers près, ont la même capacité d’emport que le gros porteur d’Airbus. Signe de cette perte de vitesse, seul 900 des 28 000 avions circulant dans le monde sont des quadriréacteurs. Un quart de ceux-ci sont des A380.