République centrafricaine : gouvernement d'union nationale, Sarandji résiste.

Gouvernement Sarandji 1.
Gouvernement Sarandji 1.

Bangui (RCA) – Prévue dans l’accord de paix de Khartoum signé à Bangui le 6 février dernier par le Président Touadera et les 14 groupes armés, la mise en place du nouveau gouvernement d’union nationale réclamée par les groupes armés tarde à se concrétiser. En cause, les caprices de l’actuel Premier ministre et ami proche du Président Faustin Archange TOUADERA qui ne compte pas déposer sa demission.

Reçu par le chef de l’État Faustin Archange TOUADERA au palais de la renaissance ce mardi 12 février vers 8 heures, le Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji, après avoir terminé en queue de poisson le conseil des ministres, quitte en catastrophe le palais de la renaissance vers 15 heures de Bangui.

Selon des sources proches du gouvernement, l’ambiance du conseil des ministres de ce mardi 12 février est extrêmement désagréable.

Le Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji, qui n’a pas apprécié qu’on lui demande de déposer la démission de son gouvernement, pète les plombs ouvertement et explique au passage qu’il n’est pas prêt à le faire sous une quelconque pression.

Certains ministres ont aussi emboîté ses pas pour tenter de dissuader le Président de la République à ne pas céder à la pression des mains invisibles de certaines puissances étrangères qui veulent à tout prix son échec.

Si le conseil des ministres d’hier est qualifié par certains comme l’un des plus longs depuis l’arrivée au pouvoir du Président Touadera, il est aussi le plus difficile pour ce dernier qui est soumis à des pressions non seulement de son camp, mais aussi des parrains de l’accord de Khartoum qui souhaitent son application dans l’immédiat.

Affaire à suivre…

CopyrightCNC.