Porté par le sans alcool, Heineken réalise sa meilleure performance depuis 10 ans

Sans alcool, la fête est plus folle, du moins pour Heineken. Ce mercredi, le brasseur néerlandais  a publié ses résultats 2018 et annoncé que la marque avait réalisé sa « meilleure performance depuis plus d’une décennie », notamment grâce au succès de sa gamme d’alcool faible et sans alcool.

Heineken a souligné la hausse de 4,2 % des volumes de bière, avec une croissance dans toutes les régions. Les volumes de la marque ont notamment enregistré une évolution à deux chiffres au Brésil, en Afrique du Sud, en Russie et au Royaume-Uni. Le chiffre d’affaires s’est établi à 26,81 milliards d’euros, en hausse de 3,7 %.

Le bénéfice net a toutefois reculé de 1,6 %, à 1,9 milliard d’euros. Le résultat d’exploitation a été en partie affecté par une dépréciation en République démocratique du Congo, précise Heineken. Avant éléments exceptionnels et amortissements des écarts d’acquisition (beia), le bénéfice net enregistre une croissance organique de 12,5 %, à 2,42 milliards d’euros.

La Heineken 0.0 présente dans 38 pays

« La marque Heineken a également connu une progression solide sur le marché européen, grâce à notre bière originale mais aussi grâce au succès croissant de notre bière sans alcool », précise le brasseur. Lancée au second trimestre 2017, la Heineken 0.0 était disponible dans 38 pays fin décembre, contre 16 un an plus tôt, a pris soin de souligner le PDG Jean-François van Boxmeer.

Le développement de cette gamme se poursuivra en 2019, pour répondre à une demande en hausse. « Les volumes de consommation d’alcool faible et sans alcool ont augmenté de 5 %, atteignant 13,1 millions d’hectolitres en 2018 », détaille le numéro 2 mondial du secteur, qui emploie plus de 80.000 personnes dans le monde. Le marché a également été porté par les ventes, en Ethiopie, des bières sans alcool Sofi Malt et Sofi Buna.

Au-delà du sans alcool, les marques internationales du brasseur ont également connu une belle progression, avec une croissance à deux chiffres des volumes de Tiger, Desperados, Birra Moretti et Krusovice. A la Bourse d’Amsterdam, l’annonce des résultats a été bien accueillie par les investisseurs. Le titre Heineken gagnait 5,56 % à 85,88 euros peu après 10 heures.

Un marché à conquérir en Chine

Le brasseur se tourne désormais vers la Chine. L’an dernier, il a annoncé  la conclusion d’un partenariat stratégique avec l’entreprise China Resources Beer, principal producteur chinois de bière, dans le but de  percer sur ce marché colossal où il n’a pour l’heure qu’une présence réduite. Celui-ci doit encore faire l’objet d’une approbation réglementaire.

Il s’agit d’une « grande opportunité pour les deux entreprises », estime Jean-François van Boxmeer. Même s’il s’attend à une « volatilité continue des conditions économiques » en 2019, le groupe prévoit une croissance supérieure de son chiffre d’affaires, tirée par les volumes et les prix.

Source AFP