Mercedes compte sur une W10 plus cohérante avec les pneus Pirelli

Avec des W08 et W09 où les pilotes avaient parfois quelques difficultés à trouver la constance nécessaire, Mercedes a tenté de travailler sur ce point pour offrir une W10 la plus facile possible sur l’ensemble des tracés du calendrier.

James Allison, directeur technique de l’équipe championne du monde, détaille ainsi, en marge de la présentation de la monoplace 2019 ce mercredi, le travail effectué durant l’hiver.

« Le comportement de la W09 représentait une grande amélioration par rapport à la W08, qui était plutôt particulière. Nous avons réussi à être compétitifs sur les pistes compliquées pour nous ces dernières années.

Cependant, malgré cette amélioration, nous n’étions toujours pas aussi performants que certains de nos concurrents pour préserver la performance des pneus arrière. Nous avons travaillé d’arrache-pied sur les caractéristiques de suspension et sur l’aérodynamisme pour obtenir une voiture plus cohérente de ses pneus.

Suffisamment nous l’espérons, pour nous permettre d’être compétitifs dans toutes les phases de la course et sur chaque piste du calendrier. Bien que la limite de poids minimum ait été relevée de 10 kg pour 2019, la réduction de poids reste un véritable défi pour la génération actuelle de voitures de F1.

Les composants qui, à notre avis, ont été optimisés à l’extrême en 2018 ont été prélevés un à un et soumis à une nouvelle analyse agressive pour en réduire la masse. Certains composants ont été réduit d’un demi-kilo, un pas de géant, d’autres de quelques grammes.

Mais ensemble, tous ces petits succès accumulent quelques kilos, dont la perte a été ensuite transformée en gain sur le plan aéro, la suspension, le Power Unit. »

La W10 conservera le même empattement que sa devancière, et embarque une aérodynamique qui a été dessinée selon le règlement technique revu pour 2019, qui intègre des ailerons avant et arrière redéfinis.

Le moteur également revu

Element de base du succès de Mercedes ces dernières années, le Power Unit V6 turbo / hybride allemand a également connu plusieurs retouches cet hiver, afin de conserver les bénéfices vus ces dernières années, mais aussi contrer les offensives de Ferrari, dont le bloc a largement progressé.

« Nous avons apporté des modifications à l’architecture de refroidissement du bloc d’alimentation, qui, espérons-le, procureront un avantage aérodynamique à la voiture et également un avantage en matière d’efficacité, explique Andy Cowell, directeur général des groupes propulseurs.

Nous avons travaillé concernant l’efficacité de la combustion et sur le système ERS. Le mariage turbocompresseur – MGU-H, de l’onduleur, des batteries et du MGU-K : tout ce système est désormais capable de fonctionner plus efficacement et d’aider au déploiement de l’énergie pendant une course . »

Pierre Tassel