Ligue 1 : Saint-Etienne retrouve le succès dans la douleur

Robert Beric fête son but pour Saint-Etienne
Robert Beric fête son but pour Saint-Etienne | JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Le forfait de dernière minute de Loïs Diony (contusion au pied) a-t-il été une aubaine pour Saint-Etienne ? En tout cas il offrait une place de titulaire à Robert Beric ; comme souvent, l’attaquant slovène bonifiait son temps de jeu. C’est lui qui était à la réception d’un excellent centre de Kolodziejczac (1-0, 5e). Sa tête croisée validait la très bonne entame des Verts dont la réaction était attendue après trois journées sans victoire. Diminué par les absences, le Racing voyait lui défiler les vagues vertes sans réussir à les endiguer. “A la mi-temps, j’aurais pu changer les onze joueurs et l’entraîneur, a reconnu Thierry Laurey. Il y a eu la qualité de l’équipe stéphanoise qui a livré une très bonne première période mais nous avons été défaillants dans beaucoup de domaines. Quand on prend un but d’entrée, cela n’arrange pas les choses.” Sels tentait d’éviter le naufrage mais autant essayer d’écoper un bateau à la petite cuillère. Le portier alsacien s’employait sur une tête de Monnet-Paquet mais il était battu quelques secondes plus tard quand Perrin plaçait la sienne sur un centre de Beric (2-0, 27e). L’addition aurait même pu être plus lourde si le Slovène avait marqué sur un ballon relâché devant le but (31e).

Strasbourg allait devoir vite se réveiller. La frappe de Motiba bloquée par Ruffier (41e) donnait le ton pour le Racing qui offrait un meilleur spectacle après la pause. Les Verts perdaient leur maîtrise au fil des minutes. Et à force de jouer avec le feu en gâchant ses situations de contre, Saint-Etienne « s’offrait » une fin de match à suspense. Sur un coup de billard dans la surface, c’est Vada qui donnait un caviar à Da Costa (2-1, 73e). Et comme rien n’est simple en ce moment pour les Verts, M.Brisard utilisait la VAR pour annuler un penalty qui semblait évident (83e) alors que Da Costa avait touché Beric et le ballon dans la surface. Dans la douleur et parfois la confusion, Saint-Etienne tenait bon. Face au PSG dimanche, certaines insuffisances pourraient se révéler rédhibitoires.

Xavier Richard