Le "Cri de Strasbourg" lancé face à la montée des actes antisémites

Strasbourg, France

+ 27% : c’est l’augmentation des actes antisémites dans le Bas-Rhin entre septembre et décembre 2018 selon le consistoire israélite du Bas-Rhin. Une hausse qui se retrouve dans le Haut-Rhin. Et qui n’est pas supportable pour le président du consistoire israélite du Bas-Rhin, Maurice Dahan.

Il lance donc le “Cri de Strasbourg”, un manifeste pour dire “NON : la France n‘est pas anti juive, elle n’est pas raciste, elle est une nation de respect de l’autre, de fraternité.” Maurice Dahan souligne qu’il est important de dépasser les déclarations et les communiqués indignés pour aller plus loin.

Une lutte sans merci”

“Nous exigeons une lutte sans merci, sans indulgence, sans crainte des autorités de justice de police et des responsables politiques pour faire appliquer la loi contre tout propagateur de racisme et d’antisémitisme. Nous demandons que l’enseignement des religions, de la Shoah et de la tolérance soit renforcé dans toutes les écoles de France. Que chaque jeune français se rende dans un lieu de mémoire de la Shoah, dans un camp de concentration.”

“Il y a trop de silences aujourd’hui, tout se banalise, ça laisse les rats qui sortent le soir pour faire leurs tags.”

Le consistoire israélite du Bas-Rhin invite “tous les amoureux de la liberté, ceux pour qui la vie et l’amour sont les valeurs suprêmes à signer avec nous ce cri de Strasbourg que chacun d’entre vous portera plus fort. Pour nous rejoindre, écrivez-nous à l’adresse le-cri@cibr.fr”.