« La Vie rêvée de Walter Mitty », la fin d'un monde

En plus d’être une star de la comédie, Ben Stiller est un cinéaste ambitieux. Le voici qui réinvente le personnage de Walter Mitty, icône de la culture américaine, incarnation du doux rêveur fantasmant la vie qu’il n’a pas. Son Mitty n’est pas un Candide à la « Forrest Gump » mais un New-Yorkais anonyme et effacé, secrètement amoureux d’une de ses collègues (Kristen Wiig). Iconographe au magazine « Life » au moment où le titre opère sa transition vers le numérique et subit un violent plan social, Mitty part à la recherche d’une photo perdue qui doit faire la couverture du dernier numéro. Une aventure qui l’emmènera jusqu’en Islande.

Si les rêveries du personnage offrent à Stiller l’occasion de laisser épisodiquement cours à son penchant génial pour la parodie, on est loin des farces énormes à la « Zoolander » ou « Tonnerre sous les tropiques ». Ce qui fait le prix du film, c’est son attachement sincère et inspiré à des valeurs (le respect du travail bien fait, l’attention aux belles choses, la mémoire du passé) et à une tradition de la comédie (coucou Preston Sturges et Frank Capra !) en voie de disparition. Avec son esthétique de pub HSBC, « la Vie rêvée de Walter Mitty » est une délicieuse fable humaniste sur une société de plus en plus cynique et individualiste et sur un petit homme qui, en y perdant sa place, devient enfin lui-même.

Mardi 12 février à 23h15 sur M6. Film américain de Ben Stiller (2013) Avec Ben Stiller, Kristen Wiig, Shirley MacLaine, Adam Scott, Sean Penn. 1h54.