La robe et le diadème de mariée de la princesse Eugenie bientôt exposés

Chacun son tour. Alors que l’exposition du château de Windsor consacrée aux vêtements de mariage du prince Harry et de Meghan Markle va s’achever le 17 février prochain, c’est au tour de ceux de la princesse Eugenie d’York et de Jack Brooksbank de prendre la suite. La superbe robe de mariée qu’arborait pour ses noces la petite-fille de la reine Elizabeth II et le somptueux diadème que celle-ci lui avait prêté pour ce grand jour seront présentés du 1er mars au 22 avril 2019 dans ce même lieu, aux côtés du costume porté par son fiancé.

Eugenie avait participé à la conception de sa robe Peter Pilotto

Pour dire oui le 12 octobre 2018, dans la chapelle St George de Windsor, à Jack Brooksbank, la fille cadette du prince Andrew et de Sarah Ferguson avait choisi de porter une robe immaculée, signée Peter Pilotto, une marque britannique créée en 2007 par l’Italo-Autrichien Peter Pilotto et le Belgo-Péruvien Christopher De Vo. Buckingham Palace avait précisé, le jour J., que la future mariée avait étroitement collaboré avec les deux créateurs pour sa conception. Le Palais avait expliqué qu’un corset et une sous-jupe complexe étaient ajustés au corsage et à la jupe plissée de cette robe.

La princesse Eugenie d'York le jour de son mariage avec Jack Brooksbank, le 12 octobre 2018
La princesse Eugenie d’York le jour de son mariage avec Jack Brooksbank, le 12 octobre 2018 © REX/Shutterstock/SIPA

Son encolure pliée autour des épaules pour former un bas du dos drapé en une longue traîne fluide était une demande expresse de la princesse Eugénie. Une manière de mettre en lumière l’intervention chirurgicale qu’elle a subie à l’âge de 12 ans pour corriger une scoliose, la jeune femme étant très impliquée dans la sensibilisation à la scoliose aux côtés du Royal National Orthopaedic Hospital de Stanmore, dans le Grand Londres.

La princesse Eugenie d'York le jour de son mariage, le 12 octobre 2018
La princesse Eugenie d’York le jour de son mariage, le 12 octobre 2018 © WP#JRAK/WENN.COM/SIPA

Quant au tissu utilisé, il était chargé de symboles tenant particulièrement à cœur à la jeune femme de 28 ans: le chardon pour l’Ecosse –évoquant sa passion et celle de son futur mari pour le château de Balmoral, propriété écossaise de la souveraine-, un trèfle pour l’Irlande -l’origine de la famille Ferguson-, la rose d’York, et enfin le lierre représentant la maison du couple. Des symboles que Peter Pilotto et Christopher De Vos avaient réinterprétés dans une guirlande, tissée dans un mélange de jacquard de soie, coton et viscose dans la région de Côme en Italie.

Le diadème Greville en diamants et émeraudes exposé pour la première fois

Les visiteurs pourront aussi voir les boucles d’oreilles en diamants et émeraudes que portait la princesse Eugénie et qui sont un cadeau de mariage de son époux. Mais surtout la tiare dont elle s’était coiffée. Appartenant à la cassette royale de la reine Elizabeth II, celle-ci n’avait encore jamais été montrée en public. Connue sous le nom de Greville Emerald Kokoshnik Tiara, elle fut fabriquée par le joaillier parisien Boucheron en 1919 dans le style à la mode «kokoshnik» popularisé par la Cour impériale russe.

Le diadème porté par la princesse Eugenie d'York le jour de son mariage, le 12 octobre 2018
Le diadème porté par la princesse Eugenie d’York le jour de son mariage, le 12 octobre 2018 © ADRIAN DENNIS/AP/SIPA

En platine, ce diadème, de style Art déco, est pavé de diamants et orné d’une grosse émeraude au centre et de plus petites de chaque côté. A sa mort en 1942, sa propriétaire Margaret Greville, proche amie de la reine Mary -la femme du roi George V-, l’a légué avec tous ses bijoux à la belle-fille de cette dernière, la reine consort Elizabeth, épouse du roi George VI et mère de l’actuelle monarque.

A relire: Les bouquets des mariées cachent une jolie tradition à la Cour d’Angleterre

Toute reproduction interdite