Bordeaux: L'extension du stationnement payant se fera au cas par cas

VOITURES – Un an après la grogne de certains riverains concernant un projet d’extension du stationnement payant, Alain Juppé a annoncé ce lundi une série de mesures, toutes en douceur

VOITURES – Un an après la grogne de certains riverains concernant un projet d’extension du stationnement payant, Alain Juppé a annoncé ce lundi une série de mesures, toutes en douceur

Un an après le moratoire décidé concernant l’extension du stationnement payant à Bordeaux, suite à la grogne de plusieurs riverains, plusieurs annonces ont été présentées ce lundi par la municipalité. « Depuis un an nous avons beaucoup travaillé sur cette question, avec le groupe de contact qui a tenu quatre réunions, a expliqué le maire Alain Juppé. Nous avons eu simultanément beaucoup de remontées des maires de quartiers, et je reçois de nombreux courriers à la mairie, réclamant notamment l’extension du stationnement réglementé. »

Oui, oui… Réclamant l’extension du stationnement réglementé. Donc payant. « On donne beaucoup d’importance à tous ceux qui expriment un point de vue hostile à l’extension du stationnement payant, s’est agacé le maire de Bordeaux. Je suis assez surpris que l’on ne donne pas autant d’importance à ceux qui le réclament. Plusieurs représentants des commissions permanentes sont satisfaits du système dans le secteur réglementé, et réclament son extension. »

Des projets soumis à la votation…

Cette éventuelle extension du stationnement payant en dehors des zones réglementées, se fera malgré tout au cas par cas, et après une large consultation des habitants, a annoncé Alain Juppé. « Dans les secteurs à l’intérieur des boulevards – Bordeaux Maritime, Grand Parc, Bastide ou quartier Nansouty – je demanderai aux maires de quartiers de constituer, s’il y a une demande d’extension du stationnement payant, un comité d’usagers qui élaborera un projet qui (…)
Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Bordeaux: La ligne C du tram dessert Villenave d’Ornon depuis samedi
Grand débat national: A Virsac, la voiture reste au cœur de la mobilisation des «gilets jaunes»
LGV Paris-Bordeaux: «25 % du trafic se fait aujourd’hui en Ouigo»