Philippe Lacheau : «Tourner Nicky Larson, c'était vraiment kiffant !»

Après les succès des films «Babysitting» et «Alibi.com», la fine équipe de Philippe Lacheau a planché sur un monument du manga et de l’animation japonaise. Avec «Nicky Larson et le parfum de Cupidon», ils font merveille avec leur humour efficace sans dénaturer l’univers barré de ce manga créé dans les années 1980. Rencontre avec deux des auteurs, le réalisateur-acteur Philippe Lacheau et l’acteur Julien Arruti.

Vous faites exprès de vous mettre la pression avec un dessin animé phare pour toute une génération de téléspectateurs ?

Philippe Lacheau : (rires) Ah oui c’est vrai qu’on a une grosse pression parce que c’est un film un peu ambitieux et qui a un rapport avec notre enfance. On ne veut pas trahir les souvenirs de toute cette génération qui a vu le dessin animé au Club Dorothée comme nous ! Et on a une autre pression parce que beaucoup de gens viennent voir nos films depuis le début et on ne veut pas les décevoir. On a donc beaucoup travaillé cette comédie pour que, que l’on connaisse ou pas le dessin animé, on puisse s’amuser comme sur nos précédents films, «Babysitting» ou «Alibi.com»

Julien Arruti : C’est vrai qu’on avait la pression mais on a eu un kif énorme en écrivant les personnages et de leur donner vie ! C’était hypercool de voir en vrai Nicky Larson, Laura, Mammouth, la Mini, de voir toutes les références de la série.

Avez-vous eu du mal à convaincre le créateur du manga Tsukasa Hojo ?

P.L. : Il avait un droit de regard donc on a écrit le film pendant un an et demi puis je suis allé au Japon pour lui faire lire et s’il avait l’impression qu’on dénaturait son œuvre il n’y avait pas de film. Heureusement c’est l’inverse qui s’est passé, il a adoré le scénario et c’est grâce à ça qu’on a pu faire le film.

Il vous a laissé de la liberté en créant notamment les personnages de Julien et celui de Tarek Boudali…

J.A. : Nous avons créé ces deux personnages parce qu’il n’en existait pas qui puissent nous correspondre et surtout parce qu’il n’y avait pas de personnages qui correspondaient à l’histoire. Donc oui on s’est fait plaisir avec le personnage de Tarek qui est en gros un énorme débile doublé d’un gigantesque idiot. Quant à mon personnage c’est une espèce de victime de base : de sa famille, de la vie et qui se retrouve avec un super pouvoir dont il va essayer de profiter.

Plusieurs grands noms font leur apparition dans le film…

P.L. : On les remercie tous, que ce soit Didier Bourdon, Gérard Jugnot, Chantal Ladesou, Jarry (qui tient là le rôle de sa vie !), Raphael Personaz ! Ils nous font tellement rire dans la vie que rien que de les avoir dans le film ça fait que le film est mieux donc on les remercie d’être venus jouer le jeu, parfois juste un jour, deux jours, c’est vraiment super sympa !

La suite pour vous ?

P.L. : On verra si les gens ont envie qu’on fasse une suite, s’ils vont nombreux au cinéma ! On fera une suite avec plaisir parce qu’on s’est vraiment éclatés là, c’était vraiment kiffant !


Lors de l’avant-première qui s’est déroulée ici voilà quelques semaines en présence de l’équipe du film, les fans du manga et de la série animée étaient à la fête ! Les gags s’enchaînent, les références humoristiques se multiplient, les apparitions de célébrités surprennent, bref la mécanique fonctionne. Le public de trentenaires va adorer, lui qui a découvert la série sur TF1 à l’orée des années 1990 dans le Club Dorothée et qui va s’amuser de découvrir Nicky, Laura, Mammouth en vrai ! Le détective privé et ses amis sont tous embringués à la recherche du parfum de Cupidon qui rend irrésistible celui qui l’utilise, quiproquos amoureux, action, rire, rien ne manque…

Sortie en salles le mercredi 6 février . Avec Philippe Lacheau, Élodie Fontan, Tarek Boudali, Julien Arruti, Didier Bourdon, Pamela Anderson…