Une campagne d'affichage marquante montrant des Gilets jaunes mutilés lancée à Bordeaux

Un blessé à Bordeaux

©
AFP 2018 MEHDI FEDOUACH

Des affiches sont apparues à Bordeaux, visant à sensibiliser l’opinion aux blessures des Gilets jaunes. Au moins 1.700 d’entre eux ont, en effet, été blessés depuis le début du mouvement. Certains ont ainsi perdu un œil ou une main, souvent par les forces de l’ordre, sans que l’exécutif ne leur adresse de mots de compassion.

Des affiches choquantes sont apparues, notamment à Bordeaux, présentant les visages faussement mutilés des membres du gouvernement: Emmanuel Macron avec la bouche ensanglantée, Christophe Castaner et Marlène Schiappa éborgnés, Edouard Philippe le visage couvert de sang. La campagne a pour but d’alerter l’opinion sur les blessures, parfois graves, reçues par des manifestants.

​​L’auteur de cette campagne d’affichage est inconnu, mais un internaute qui couvrait l’acte 9 des Gilets jaunes à Bordeaux a pris en photo des images choc le 12 janvier. Les photos ont vite fait le buzz sur Twitter, où elles ont été activement partagées.

​Les auteurs de la campagne évoquent des cas réels de militants blessés, notamment par des tirs de lanceurs de balle de défense (LBD) de la part de la police lors des manifestations.

​Un millier de membres des forces de l’ordre et 1.700 manifestants ont été blessés, alors que onze personnes ont perdu la vie en lien avec des actions des Gilets jaunes depuis le début du mouvement le 17 novembre, selon le ministère de l’Intérieur. La majorité de ces victimes ont été renversées par des véhicules près des ronds-points, épicentres de la contestation des manifestants. Une victime a été heurtée par une grenade lacrymogène lors d’une manifestation à Marseille alors qu’elle fermait ses volets. Ces chiffres ne prennent pas en compte l’acte 9 des Gilets jaunes le 12 janvier. Le 12 janvier a été également marqué par des épisodes de violences et des blessés.

Selon le journaliste de Libération Jacques Pezet, le nombre de blessés graves parmi les manifestants qu’il a pu identifier avec certitude se monte à 82. Il a constaté entre autres des «membres arrachés, les organes ayant perdu leur fonction principale, les os fracturés, les pieds et jambes incrustés de bouts de grenades, les brûlures graves, mais aussi toutes plaies ouvertes au niveau de la tête».

Les autorités ont plutôt dénoncé les agressions contre les forces de l’ordre, sans exprimer de soutien aux manifestants blessés. Christophe Castaner avait ainsi condamné l’attaque «aussi lâche qu’intolérable» de gendarmes par l’ancien boxeur Christophe Dettinger, à Paris. Le 12 janvier, il a salué sur Twitter «l’action ferme et déterminée des forces de l’ordre qui a permis de contenir les débordements et les violences».

image
image
Нет подключения к сети Интернет
  • Добавить в Разговорник
    • Новый список слов для Французский —> Французский…
    • Создать новый список слов…
  • Копировать