Que vient faire Emmanuel Macron à Toulouse et en Occitanie ?

Comme annoncé en exclusivité dans les colonnes de La Tribune, Emmanuel Macron, se rendra bien à Toulouse jeudi 17 janvier. Ce second passage dans la Ville rose depuis son élection, après celui de septembre 2017 sur le thème du logement, sera l’occasion pour le chef de l’État, de présenter ses vœux aux forcées armées.

Ainsi, le président de la République est attendu au 1er Régiment du Train parachutiste (RTP) de Cugnaux, installé à proximité de l’aéroport Francazal au sud-ouest de Toulouse. Ce régiment, appartenant à la 11ème brigade parachutiste, est spécialisé dans la livraison par air et n’est autre que le pôle national des opérations aéroportées. Emmanuel Macron y prononcera à 17 heures “un discours devant 1 600 civils et militaires des trois armées et de la gendarmerie, des directions et services du ministère et du monde combattant”, précise-t-on du côté de l’Élysée.

Avant cette prise de parole, le chef de l’État, accompagné de Florence Parly, la ministre des Armées, et de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre, est attendu sur place dès 14h40 pour un accueil républicain. Emmanuel Macron ira par la suite à la rencontre de parachutistes, avant une présentation de matériels et méthodes d’interventions utilisées par cette brigade.

Lire aussi : À Toulouse, la ministre des Armées dénonce une tentative d’espionnage russe

Et si cette cérémonie de vœux pour l’année 2019 est la seule qu’Emmanuel Macron a souhaité maintenir, c’est pour se concentrer sur l’organisation du grand débat national. Cette consultation, annoncée en décembre dernier en réponse au mouvement des Gilets jaunes, doit permettre à tous les Français de faire remonter leurs suggestions au chef de l’État jusqu’au 15 mars. Dans une lettre adressée aux Français et rendue publique dimanche 13 janvier, Emmanuel Macron en a dressé les contours.

Depuis quelques semaines, de nombreux maires ont ouvert leurs mairies pour que vous puissiez y exprimer vos attentes. J’ai eu de nombreux retours que j’ai pu prendre en compte. Nous allons désormais entrer dans une phase plus ample et vous pourrez participer à des débats près de chez vous ou vous exprimer sur internet pour faire valoir vos propositions et vos idées. Dans l’Hexagone, outre-mer et auprès des Français résidant à l’étranger. Dans les villages, les bourgs, les quartiers, à l’initiative des maires, des élus, des responsables associatifs, ou de simples citoyens… Dans les assemblées parlementaires comme régionales ou départementales.(…) Ce débat devra répondre à des questions essentielles qui ont émergé ces dernières semaines.
C’est pourquoi, avec le gouvernement, nous avons retenu quatre grands thèmes qui couvrent beaucoup des grands enjeux de la nation : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’État et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté.”

Pour faire la promotion de son initiative, le président de la République se rendra vendredi 18 janvier dans le Lot, à Souillac (3 400 habitants), où il y passera la journée pour rencontrer des élus locaux dans le cadre de ce grand débat national. Néanmoins, le programme officiel et détaillé de ce partie de son voyage dans la région n’est pas encore connu.

Lors de cette seconde journée en Occitanie, Emmanuel Macron sera notamment accompagné du ministre en charge des Collectivités territoriales, Sébastien Lecornu, fraichement nommé comme animateur de cette consultation, avec Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire.

Avec cette grande consultation inédite, Emmanuel Macron “entend transformer les colères en solutions”. Si l’initiative de donner la parole aux Français est louable, seul le nombre de participants à ce grand débat national dira si celui-ci est une réussite ou non. Enfin, une fois les doléances récoltées, comment le président de la République compte s’en servir pour la suite de son quinquennat ?

“Vos propositions permettront donc de bâtir un nouveau contrat pour la Nation, de structurer l’action du gouvernement et du parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international. Je vous en rendrai compte directement dans le mois qui suivra la fin du débat”.

Mais à l’heure actuelle, nul ne sait quelle sera la finalité de cet exercice démocratique.

Lire aussi : Gilets jaunes : les commerces de Toulouse en pleine hémorragie