Les Sables-d'Olonne. Un immeuble évacué lors d'un feu d'appartement à La Chaume



photo les dégâts dans le studio sont impressionnants. © ouest-france

Les dégâts dans le studio sont impressionnants.© Ouest-France



Ce dimanche 13 janvier, un studio de l’immeuble le Panoramic, à la Chaume, a été détruit par les flammes. 25 personnes ont été évacuées le temps de l’intervention.

Les dégâts sont impressionnants mais heureusement, aucun blessé grave n’est à déplorer. Vers 13 h, ce dimanche, un incendie s’est déclaré au 3e étage de l’immeuble le Panoramic, qui en compte dix, à la Chaume. C’est un habitant du même étage qui a donné l’alerte.

Une trentaine de pompiers

D’importants moyens ont aussitôt été déployés avec une trentaine de pompiers mobilisés, venus des casernes des Sables-d’Olonne, de La Roche-sur-Yon et des alentours. Le feu a rapidement pu être éteint. Il aurait été provoqué par un court-circuit au niveau d’un sèche-linge.

C’est au 3e étage du Panoramic, sur la Route bleue à la Chaume, que l’incendie s’est déclaré.
C’est au 3e étage du Panoramic, sur la Route bleue à la Chaume, que l’incendie s’est déclaré. | Ouest-France

Les habitants évacués

Durant l’intervention, 25 habitants de l’immeuble ont été évacués. Celui-ci compte 80 appartements mais beaucoup ne sont pas occupés en cette période.

Chaque habitant a ensuite été examiné par le Smur (Service mobile d’urgence et de réanimation) et deux personnes ont été évacuées vers l’hôpital des Sables-d’Olonne, parce qu’elles avaient inhalé des fumées. Une reconnaissance a ensuite été effectuée dans chaque appartement pour évacuer les fumées et détecter d’éventuelles traces de monoxyde de carbone, avant que les habitants puissent les réintégrer. La présence de la concierge a permis de vérifier également les appartements inoccupés.

La terrasse a été noircie par l’incendie.
La terrasse a été noircie par l’incendie. | Ouest-France

Le locataire relogé

Impossible, cependant, pour le locataire de rejoindre son appartement dévasté. Il doit être accueilli chez un membre de sa famille ce soir, avant qu’une solution de relogement soit trouvée par la mairie.


Marylise KERJOUAN.  
Ouest-France