Le World Tour reprend ses droits en Australie avec le Tour Down Under

Douze semaines après une dernière étape du Tour de Guangxi (Chine) marquée par d’énièmes victoires des équipes Quick Step (l’étape pour Fabio Jakobsen) et Sky (le général pour Gianni Moscon), le World Tour, la première division du cyclisme international, tire ses premiers feux de l’année cette semaine.

() cyclingstage.com
() cyclingstage.com

Le Tour Down Under, épreuve créée à la fin du siècle dernier, lance une saison riche de 38 épreuves (17 par étapes, dont les trois Grands Tours, et 21 d’un jour, dont les cinq Monuments) dans 15 pays et sur 4 continents (seule l’Afrique est absente du calendrier). Les changements sont discrets par rapport à 2018 : fusion des Tours d’Abu Dhabi et Dubaï en UAE Tour (24 février-2 mars) ; promotion des Trois Jours de Bruges-La Panne, en fait une course… d’un jour (27 février) ; avancement du Tour de Turquie d’octobre à avril (16-21), pile entre les classiques flandriennes et ardennaises ; une semaine d’écart en moins entre le Giro (11 mai – 2 juin) et le Tour de France (6-28 juillet).

Les principaux engagés

Classement général : George Bennett (Jumbo-Visma), Rohann Dennis (Bahrain Merida), Dries Devenyns (Deceuninck-Quick Step), Nathan Haas (Katusha-Alpecin), Pierre Latour (AG2R La Mondiale), Wout Poels (Sky), Richie Porte (Trek-Segafredo), Tom-Jelte Slagter (Dimension Data), Diego Ulissi (UAZ Team Emirates), Michael Woods (EF Education First)
Sprints : Phil Bauhaus (Bahrain Merida), Caleb Ewan (Lotto Soudal), Daryl Impey (Mitchelton-Scott), Jakub Mareczko (CCC), Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), Elia Viviani (Deceuninck-Quick Step)

Première course par étapes d’envergure de la saison juste avant le Tour de San Juan (qui réunira Alaphilippe, Cavendish, Gaviria ou encore Quintana à partir du 27 janvier), le Tour Down Under est une épreuve accueillante pour les sprinteurs, où Andre Greipel a longtemps été intouchable (18 bouquets), et dont le passage emblématique est l’arrivée d’étape au Willunga Hill (3 km à 7 %), prévue cette fois le dernier jour. Engagé sous ses nouvelles couleurs, celles de Trek-Segafredo, l’Australien Richie Porte est invaincu sur la colline d’Adélaïde depuis cinq ans mais il n’a inscrit qu’une fois son nom au palmarès de la course, en 2017, battu l’an dernier par Daryl Impey. Le Sud-Africain est présent pour défendre son titre mais l’édition 2018 est annoncée plus favorable aux grimpeurs.

Ewan gagne la Down Under Classic
Où les leaders reprennent-ils ?