Le passage à 80 km/h pourrait être débattu lors du grand débat national

Alors que le grand débat national voulu par le gouvernement pour sortir de la crise des Gilets jaunes commence mardi prochain, un sujet brûlant pourrait être remis sur le tapis. Celui, de l’abaissement de la limitation de vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires et rentré en application depuis le 1 er juillet.

L’abaissement de la vitesse à 80 km/h sera-t-elle remise en cause ? Pas si improbable que ça, vu que la mesure est à l’orgine, de l’aveu de certains, du déclenchement de la crise des Gilets jaunes. Les maires qui ont ouvert les cahiers de doléances remarquent que beaucoup de réclamations portent sur le coût du contrôle technique, l’insuffisance des transports dans les zones rurales et la limitation à 80 km/h. Certains élus comme Vincent Descoeur, un député LR du Cantal, cité par Le Parisien, demande que la question soit de nouveau débattue : ” Lors de l’adoption de cette mesure, le gouvernement a méprisé l’avis du peuple, il est temps de l’écouter aujourd’hui”. Il ajoute : ” Cette mesure est un fiasco. Le gouvernement a réussi à braquer la population contre les objectifs de sécurité routièr alors que cette préoccupation était globalement partagée par les Français”.

De son côté, le gouvernement ne serait pas si inflexible. “ Il n’est pas question de découdre la politique mise en oeuvre depuis dix-huit mois. C’est vrai que cette limitation prise au nom de la sécurité publique pour sauver des vies n’a pas fait l’unanimité, ni au sein du gouvernement ni au sein de notre majorité, sans parler de l’opposition. Mais nous avons dit que nous ferons le bilan de cette mesure au bout de deux ans”, assure un proche de Matignon au Parisien. Un membre de l’exécutif n’exclut pas que la mesure soit revue : ” Ce n’est pas au gouvernement de décider mais si la question est posée lors de cette consultation citoyenne, alors pourquoi pas?”


Là encore, les premiers résultats font débat. Une baisse des accidents mortels a bien été constatée ces derniers mois mais beaucoup doutent du lien entre ces chiffres et la mesure. La Sécurité routière annonçait que le nombre de tués avait chuté de 2 % en août dernier. Il a chuté de 1,8 % en novembre dernier, 267 personnes ayant perdu la vie contre 272 en novembre 2017. Mais pour Pierre Chasseray, le président de l’association 40 millions d’automobilistes aucun rapport entre la baisse de la mortalité et le 80 km/h : ” Tout le monde sait, en termes de sécurité routière, que lorsque le prix du carburant augmente très haut, on a une baisse de la mortalité routière”.