«Gilets jaunes» au Mans: Danse, soutiens-gorge, «Schiappa dehors»… Une marche pacifique réunit 300 femmes

Elles ont commencé en dansant le madison, faisant un pas en avant puis un pas en arrière, pour dénoncer la politique du gouvernement. Environ 300 femmes «gilets jaunes» (et quelques hommes) ont participé dimanche à une marche pacifique au Mans pour dénoncer les violences et appeler à la « démission de Macron et de son gouvernement ».

Le cortège a défilé à partir de 10h30 le long des quais dans une ambiance bon enfant, derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Macron entends-tu le peuple pleurer/Femmes en colère/Pensez à vos mères seules, elles gèrent le pouvoir/N’oubliez pas que vous êtes nées ». Sur d’autres banderoles était écrit : « Ni haine ni violence », « Abus de violence, liberté d’expression, RIC (référendum d’initiative citoyenne) et pouvoir d’achat » ou encore « Exploitées, harcelées, sous-payées ça suffit !!! »

300 femmes – JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Contre l’usage des lacrymogènes

Les organisateurs avaient prévu au départ de défiler jusqu’au commissariat pour y accrocher des photos montrant des « violences policières », mais les autorités ont interdit aux participantes de s’y rendre au risque d’être dispersées par la force.

Devant le palais de justice, à genoux, elles ont demandé de libérer un gilet jaune en garde à vue depuis samedi, et protesté contre l’usage de lacrymogènes par les forces de l’ordre « dans un centre-ville où il y a beaucoup d’enfants », a dit l’une d’elles. Samedi, l’acte 9 des « gilets jaunes » a dégénéré en affrontements au Mans, où plusieurs blessés ont été recensés.

Des tampons hygiéniques accrochés à la préfecture

« Schiappa dehors » : aux abords de la mairie du Mans, les manifestantes ont invectivé la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les hommes et les femmes et ancienne adjointe à la ville du Mans, Marlène Schiappa.

La manifestation s’est terminée vers 13 heures devant la préfecture. Des brassières et des lanières de tampons hygiéniques ont été accrochées aux grilles du bâtiment. Devant les policiers, les manifestantes ont chanté « Ce n’est qu’un au revoir », avant de se disperser.

SociétéLa mobilisation et les actes de vandalisme en hausse lors de l’acte 9 des «gilets jaunes» à Nantes: