Ligue A : un Tours VB au sommet face à Rennes

De notre envoyée spéciale
à Rennes
Ce matin, Rennes est toujours leader. Et ça, le speaker de la salle Colette-Besson n’a pas oublié de le rappeler au public alors que les Bretons venaient de rendre les armes face aux Tourangeaux. Parce qu’il n’y a ni petit plaisir, ni petite fierté. Et, effectivement, le Rennes Volley 35 boucle cette phase aller dans la peau du n° 1, un statut ô combien mérité au vu de son début de saison, et au vu aussi du match livré samedi soir.
Mais dans ce face-à-face au sommet, c’est bien le TVB qui a eu le dernier mot. Et fini par imposer sa force collective, bien sûr. Et surtout par faire parler ses talents, avec un duo infernal Wounembaina – Egleskalns !
Wounembaina et Egleskalns : duo infernal Et pourtant, c’est peu de dire que les Tourangeaux sont passés un peu, beaucoup à côté de leur début de rencontre. « On était encore dans le mini-bus », ironisera plus tard Patrick Duflos, mais le 13-6 inaugural ne l’avait pourtant pas fait rire sur son banc ! Et pour cause, les Tourangeaux ont pris de plein fouet la furia rennaise. Une furia faite d’opportunisme, de force, de grinta. De tout ! Heureusement pour eux, après ce départ canon, Rennes commettait enfin quelques fautes, permettant au TVB de faire meilleure figure en cette fin de manche qu’il lâchait à 25-22, ce qui était très bien payé !
Mais ce retour relatif était aussi crucial car il lançait Tours dans un autre match. Et cette fois, c’était lui qui donnait le tempo (11-14, 13-16). Jusqu’à deux erreurs, pardon une cagade de Chinenyeze au service et une attaque hors cadre de Stahl.
Dans le premier cas, Tours n’est pas passé loin de la catastrophe derrière, avec un avantage passant de 15-19 à 18-19 ! Dans le second, le TVB voyait une occasion gâchée dans le money-time alors que Wounembaina, impressionnant, venait de redonner l’avantage au TVB (21-22). Les Tourangeaux s’en sortiront finalement, avec une manche remportée 23-25.
Ils gagneront la suivante sur ce même score, non sans avoir dû ferrailler de nouveau. Car si, piqués au vif par une décision arbitrale, ils mettaient un coup d’accélérateur (14-16) après moult égalités, Rennes ne lâchait rien (16-16). Mais Teryomenko (qui a été préféré à Chinenyeze sur cette manche) et Wounembaina étaient là. Et le service manqué de Delgado sur la deuxième balle de set tombait à pic.
Forcément, ce match ne pouvait baisser d’intensité. Alors, le quatrième set fut, de nouveau, extrêmement disputé ! A 10-7, avec un Van den Dries dans ses œuvres, puis à 12-9, Rennes pouvait espérer avoir fait un petit break. C’était sans compter sur Egleskalns qui fit souffrir le leader sur sa mise en jeu (12-13). Mais le TVB commettait des petites erreurs. Et surtout, surtout, Baranek faisait son show. A l’attaque d’abord. Puis au service. Avec un premier ace, suivi d’un second où il dégommait Husaj (22-19). Le public bouillait définitivement. Rennes tenait son tie-break (25-21) !
Hélas pour lui, il n’allait justement pas tenir au cours de cette manche décisive. Cette fois, c’était à Tours de sortir le grand jeu. A 2-5 suite à un ace, Teryomenko esquissait un pas de danse. A 3-8, Wounembaina exultait après son attaque et l’Ukrainien jubilait sur son banc. Tours avait effectivement le set (7-15) et la partie gagnée. Au prix d’une grande lutte. Le TVB n’est pas leader, mais il a pris date. Et l’on n’espère qu’une chose : que ce face-à-face en appelle d’autres, au printemps par exemple…