Centrale à charbon : la fermeture de Cordemais repoussée ?

Alors que le gouvernement avait annoncé la fermeture de toutes les centrales à charbon d’ici à 2022, celle de Cordemais en Loire-Atlantique pourrait faire figure d’exception.

Voir la vidéo
FRANCE 2

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La plus grande centrale à charbon de France va-t-elle fermer ? Sur le sujet, Emmanuel Macron en novembre 2018 a été clair : “Nous avons décidé de fermer l’ensemble des centrales à charbon d’ici 2022.” Il en existe au total quatre sur le territoire. Celle de Cordemais en Loire-Atlantique ne devrait pas disparaître, car EDF y expérimente un nouveau procédé : un mélange avec 20% de charbon et 80% de bois de récupération.

450 emplois sont en jeu et les syndicats sont convaincus que le site a encore de beaux jours devant lui. Le ministre de l’Écologie François de Rugy donne un sursis à la centrale de Cordemais, elle pourrait utiliser encore du charbon au-delà de 2022. Un projet soutenu localement par des élus écologistes, mais d’autres associations y sont opposé. La filière de production électrique au charbon représente plus de 2 000 emplois en France.

La centrale à charbon de Cordemais, en Loire-Atlantique, le 28 septembre 2018.
La centrale à charbon de Cordemais, en Loire-Atlantique, le 28 septembre 2018. (LOIC VENANCE / AFP)