La fuite de gaz privilégiée dans l'explosion à Paris : comment ce genre de drame survient

Des pompiers interviennent le 12 janvier 2019, après l’explosion d’une boulangerie située à l’angle des rues Sainte-Cécile et de Trévise, dans le 9ème arrondissement de Paris

La plupart des accidents dont l’origine est déterminée concernent la logette située à l’extérieur des bâtiments, une bouteille de gaz ou une gazinière.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour identifier l’origine de l’explosion survenue samedi dans un immeuble du 9ème arrondissement de Paris. Les pompiers intervenaient sur place pour une fuite de gaz. Ce sinistre rappelle l’effet potentiellement dévastateur des incendies et des explosions liées à l’utilisation domestique du gaz, dont les causes peuvent être très diverses comme le montre la base de données Aria du ministère de la Transition écologique.

Une explosion de gaz résulte de la rencontre d’une accumulation de gaz domestique, de l’air ambiant (en fait, l’oxygène) et d’une « énergie d’activation », comme une étincelle, une flamme ou une cigarette.

La plupart des accidents liés au gaz dont l’origine est déterminée concernent la logette située à l’extérieur des bâtiments, une bouteille de gaz ou une gazinière, tandis que tuyauteries ou colonnes montantes seraient plus rarement impliquées.

Les logettes peuvent être l’objet de dommages, volontaires ou accidentels, quand par exemple elles sont percutées par un véhicule. Les bouteilles de gaz représentent un risque si elles sont exposées à une source de chaleur supérieure à 50°C. Quant aux gazinières, un simple oubli suffit souvent à provoquer une fuite…

Cependant, la cause reste inconnue dans près de 60 % des cas, selon des chiffres publiés en 2016 par le ministère de l’Ecologie. Plus de 60 % des accidents dont la cause était connue résultaient d’actes de malveillance, comme des feux de déchets ou de voitures au voisinage des coffrets de gaz. Ou des vols de composants de cuivre au niveau de ces mêmes coffrets.

L’absence de mise au norme d’un immeuble, l’exiguïté des lieux, mais aussi le type de gaz utilisé peut aussi faire la différence dans la gravité du sinistre : les statistiques montrent davantage d’explosions (…)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Cette vidéo peut également vous intéresser : 


Explosion à Paris : en dix ans, 102 pompiers sont morts en service
Journalistes pris à partie, centres d’impression bloqués : les Gilets jaunes ciblent à nouveau la presse
La fille du parrain s’est installée à Paris : «Mon père Toto Riina a son histoire, j’ai la mienne»
Le parrain sanguinaire Toto Riina ne s’est jamais repenti
Explosion à Paris : «Une onde de choc phénoménale», décrit un riverain