Sophie Marceau : comment elle prend soin de son fils Vincent après son hospitalisation

Depuis plusieurs mois, Sophie Marceau traversait une tempête. Son fils Vincent Zulawski avait été interné à l’hôpital psychiatrique de Sainte-Anne, à Paris, après un excès de violence. Une situation qui semble s’apaiser en ce début d’année.

Tout commence le 17 février 2016, à Varsovie. Ce jour-là, le réalisateur Andrzej Zulawski s’éteint après une longue bataille contre la maladie. Son fils Vincent, 23 ans, est alors terrassé par la douleur. Perdre son père n’est pas aisé quand on cherche encore la route de sa destinée. L’impossible deuil commence alors. Près de sa mère Sophie Marceau, Vincent panse ses plaies. Mais le jeune homme avance puis se perd, hanté par cette disparition. Un premier internement qui ne servira à rien, une fugue de plus d’un mois… Sophie doit réagir. Elle n’a d’autre choix en août dernier que de faire placer son fils dans une unité sécurisée de l’hôpital psychiatrique Sainte-Anne, à Paris.

Commence une période difficile pour Sophie. Comme l’explique un proche de l’actrice dans les colonnes de Voici : « Si elle a un temps profité de son célibat pour s’amuser et retrouver des amis, aujourd’hui ce sont ses enfants qui priment ». Elle veut régler la situation pour Vincent, et rendre heureuse son autre fille, Juliette, âgée de 16 ans. Chaque jour, Sophie Marceau rend ainsi visite à son fils. Elle le soutient, le chérit, l’aide à avancer. Et parce que l’amour d’une mère est la plus belle chose qui soit, ça marche. Vincent va mieux. Le jeune homme retrouve peu à peu « une vie normale ». Il vit désormais avec Sophie. Terminé les escapades à New York, fini les études de l’autre côté de l’Atlantique. Il faut retrouver l’équilibre. Accepter la mort de son père comme l’ordre des choses. Peu de temps avant l’internement de son aîné, l’actrice de 50 ans confessait sa vision d’être mère dans les colonnes du magazine Elle : « L’important, c’est qu’on soit là, et qu’ils sachent qu’ils peuvent compter sur nous  ».

C’est le cas. Plus que jamais. Sophie décide de mettre sa carrière entre parenthèses, tout comme sa vie amoureuse. Priorité à ses enfants et à ce fils qui a tant besoin d’elle. Pour le reste, elle aura tout le temps pour retrouver l’amour ou jouer dans des films. Mais tout cela, et seulement, quand Vincent ira mieux. Pour de bon. (Par Anthony Verdot-Belaval)

Crédits photos : ABACA