Trump se sépare de John Kelly, le secrétaire général de la Maison Blanche

Coutumier des limogeages depuis son entrée en fonction, le président américain Donald Trump s’est séparé samedi de son plus proche conseiller à la Maison Blanche, son chef de cabinet John Kelly. Les deux hommes ne s’entendaient plus.

Le secrétaire général de la Maison Blanche John Kelly a rejoint samedi 8 décembre la très longue liste de membres ou proches de l’administration Trump qui ont quitté le navire depuis l’entrée en fonction du 45e président américain.

Le chef d’État américain a annoncé le départ de son plus proche conseiller, ajoutant une nouvelle touche à la remise à plat de son équipe dans un contexte troublé par l’enquête russe et avant l’élection de 2020. “John Kelly partira à la fin de l’année”, a déclaré Donald Trump devant les journalistes à la Maison Blanche, indiquant que le nom de son successeur serait annoncé “dans un jour ou deux”. Et Donald Trump de préciser qu’il pourrait nommer dans un premier temps un remplaçant par intérim.

Le “chief of staff”, chef de cabinet de la Maison Blanche, est un homme clé de la présidence américaine. Il est le bras droit du président, et le coordonnateur de l’action de l’administration.

>> À lire sur France 24 : En images : les ministres démissionnaires et limogés sous Donald Trump

Des relations tumultueuses avec le président

Les interrogations sur un départ imminent de John Kelly se faisaient de plus en plus pressantes ces derniers jours, les médias américains insistant sur la dégradation des relations entre les deux hommes. Certains affirmaient même qu’ils en étaient venus à ne plus se parler.

Avant de devenir le principal conseiller de Donald Trump à la Maison Blanche en juillet 2017, John Kelly, général des Marines à la retraite, avait occupé le poste de ministre de la Sécurité Intérieure pendant les six premiers mois de la présidence. Il y avait défendu, comme Donald Trump, une vision extrêmement ferme de la politique d’immigration des États-Unis.

John Kelly, découragé de travailler avec Donald Trump

Il était arrivé à la Maison Blanche quelques mois à peine après le renvoi par Donald Trump du directeur du FBI et la nomination du procureur spécial Robert Mueller chargé de mener l’enquête sur les soupçons de collusion entre l’équipe de campagne du magnat de l’immobilier et Moscou.

Sa mission avait été de remettre un peu d’ordre dans une Maison Blanche au fonctionnement chaotique et souvent confus, marquée par les réactions instinctives et imprévisibles du président. La tâche était considérable et John Kelly a parfois montré des signes de découragement. “J’imagine que j’ai dû faire quelque chose de mal et Dieu m’a puni”, a-t-il lâché un jour de mars dernier sur le ton de l’autodérision à propos de ses fonctions à la Maison Blanche.

“Il quitte un poste souvent ingrat, mais John Kelly a ma reconnaissance éternelle”, a résumé le président de la Chambre des représentants Paul Ryan.

Avec AFP