Rennes – Dijon. Stephan, l'homme tranquille

Après une victoire de prestige à Lyon, Julien Stephan vivra son premier match au Roazhon Park face à Dijon.
Après une victoire de prestige à Lyon, Julien Stephan vivra son premier match au Roazhon Park face à Dijon. (Photo AFP)

Vainqueur à Lyon mercredi (2-0) pour ses débuts comme coach en Ligue 1, Julien Stephan s’est montré serein et concentré avant son premier rendez-vous au Roazhon Park, ce samedi soir.

Dimanche dernier, Julien Stephan était en famille, profitant des siens. Pas même venu au stade assister à Rennes – Strasbourg (1-4). C’était son jour de repos, après la victoire, samedi dernier en début de soirée, de ses « réservistes » face au Stade Pontivyen (1-0), grâce à un but de Nkada (72’). Son deuxième succès de la saison seulement en N3 en onze journées…

Puis, le téléphone a sonné dimanche soir, avec la proposition d’Olivier Létang d’assumer un intérim de six matchs en lieu et place d’un Sabri Lamouchi promis à une mise à pied le lendemain. Depuis, celui qui a accepté la proposition a étrenné ses nouveaux galons par la gagne à Lyon (2-0). Avec une certaine manière, un clean-sheet – ce qui n’était plus arrivé en Ligue 1 depuis le 2 septembre -, une combativité collective nouvelle… Mais également le premier but de l’ancien Rémois Siebatcheu dans l’élite. « On a fait quasiment 7 km de plus que Lyon, 35 sprints en plus… C’est le plus gros volume de courses cette saison. Ça passait par une grosse discipline collective. On a extrêmement bien utilisé les failles de Lyon. Mais on ne peut pas tomber dans l’autosatisfaction dans le foot de haut niveau. Il faut préparer ce match face à Dijon avec beaucoup d’humilité », livre Stephan, ton assuré, regard fier.


« Une magnifique occasion »


Après ses débuts réussis, il connaîtra ce samedi son baptême à la maison. « C’est un moment particulier, oui », glisse celui qui se dit « focus » sur « une magnifique occasion d’enchaîner une deuxième victoire, comme de retrouver la victoire à domicile. On doit trouver l’antidote par rapport à tout ça ».

Enthousiaste, Stephan goûte aussi ce « changement de quotidien complet. Il faut rester très, très calme et très, très ouvert pour enregistrer toutes les données qu’on reçoit. Il faut savoir contrôler ses émotions. La priorité est d’aller à l’essentiel ». Le débutant en L1 poursuit : « Je ne joue pas, je suis moi-même, je suis fidèle à ma personnalité, à mes convictions. Il y a du bien-être, du bonheur depuis lundi. Mais il y a aussi le sens des responsabilités ». Sur le choix de Diallo dans la cage, Stephan exclut tout sentimentalisme et parle « pragmatisme ». « C’est la performance et l’efficacité qui m’intéressent », délivre-t-il. Face à Dijon, il lui sera demandé la même chose.

Les équipes

RENNES : A. Diallo – H. Traoré, Gélin (ou Johansson), Da Silva, Zeffane – Grenier, André (cap.) – Bourigeaud, Ben Arfa, I. Sarr – Siebatcheu. Entraîneur : Julien Stephan.

DIJON : Runarsson (ou Allain) – Chafik, Yambéré, Ciman, Haddadi – Balmont, R. Amalfitano, Abeid – Sliti, Tavares (cap.), Jeannot (ou Sammaritano). Entraîneur : Olivier Dall’Oglio.

Arbitre : Nicolas Rainville.

Ce samedi (20 h)