Pioneer ou la descente aux enfers d'un ancien géant de la tech en Bourse

(BFM Bourse) – La société japonaise, spécialisée dans les équipements pour écouter de la musique, avait connu son heure de gloire des années 1960 à 1990. Elle vient d’être rachetée par un fonds chinois.

Une page de l’histoire se tourne pour l’électronique japonais. Le groupe Pioneer, en difficulté, a annoncé vendredi un renflouement de 102 milliards de yens (785 millions d’euros) par un fonds d’investissement hongkongais, qui va prendre l’entier contrôle de ce grand nom japonais du secteur.

Le fonds, Baring Private Equity Asia (BPEA), va dans un premier temps investir 77 milliards de yens pour assainir rapidement les comptes de la société et lui permettre de continuer ses opérations. Ensuite, il prévoit d’acquérir l’ensemble des actions en circulation pour environ 25 milliards de yens et de sortir Pionner de la Bourse, selon un communiqué commun des deux sociétés.

Pioneer, dont les racines remontent à 1938, a connu son heure de gloire des années 1960 à 1990, séduisant amateurs et professionnels de la musique avec une large gamme de platines, consoles de mixage, casques, haut-parleurs et autres équipements. La société était parmi les premières à lancer des enregistreurs DVD puis Blu-Ray. Mais face “aux grands changements dans l’univers audio du fait du passage de l’ère analogique à l’ère numérique et de l’adoption des baladeurs ou de l’écoute via les ordinateurs”, selon les explications fournies par le passé, le groupe a été contraint de procéder à un sévère tri dans ses activités au cours des dernières années.

Recentrage sur l’automobile

Il a notamment cédé en 2015 son activité d’équipements pour disc-jockeys (DJ) et ses produits audiovisuels de salon pour concentrer ses forces sur le développement d’autoradios et de systèmes de radionavigation pour automobiles. Mais il a souffert de la concurrence des smartphones qui offrent des fonctions de guidage géolocalisé.

“Des changements significatifs vont être apportés pour redynamiser Pioneer”, soulignent le groupe japonais et BPEA: “les divisions vont être revues, des réformes structurelles menées et l’équipe de direction remaniée”. La transaction, qui doit être bouclée en mars 2019, est soumise à l’approbation des autorités de la concurrence ainsi que des actionnaires, qui se réuniront en assemblée générale extraordinaire le 25 janvier.

Déclin du secteur de l’électronique japonais

Résultat des nombreuses restructurations, les effectifs de Pioneer s’élèvent à moins de 17.000 personnes aujourd’hui. L’entreprise a conclu l’exercice 2017/18 dans le rouge, pour un chiffre d’affaires tombé à 365 milliards de yens (2,8 milliards d’euros).

En Bourse, depuis son dernier grand pic de septembre 2000 avant l’éclatement de la bulle internet (où le titre se négociait autour de 4750 yens), l’action a perdu 98% de sa valeur. L’entreprise, dont le cours de l’action tourne autour de 88 yens désormais, a une capitalisation boursière de 34 milliards de yens, soit environ 265 millions d’euros.

Cette nouvelle illustre une fois de plus le déclin du secteur de l’électronique japonais, naguère florissant, deux ans après l’acquisition de Sharp par le taïwanais Hon Hai/Foxconn. Sans oublier la débâcle de Toshiba ou la transformation de Panasonic, contraint de se détourner du segment grand public pour survivre.

(Avec AFP)

©2018 BFM Bourse

Votre avis