Marine Le Pen s'explique sur son débat raté de l'entre-deux-tours : "J'étais très fatiguée en fin de campagne" (VIDEO)

Thierry Ardisson recevait Marine Le Pen pour la grande interview des Terriens du samedi ! Il a notamment évoqué avec elle le plafond de verre qui l’empêcherait d’être élue à la présidence de la République. Parmi les problèmes concernant “la présidentialité” de la leader du Rassemblement National, l’animateur est bien évidemment revenu sur le débat de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle et la prestation ratée de Marine Le Pen lors de cette confrontation avec Emmanuel Macron. Il a livré quelques pistes pour expliquer ce rendez-vous manqué.“On a parlé de crise d’hystérie à quelques heures du débat”, a-t-il avancé effaçant une objection de son invitée. “Deuxième hypothèse, vous aviez pris des médicaments”, ce qui a fait rire Marine Le Pen. “Qu’est ce qui s’est passé ce jour-là. Encore une fois, le jour où les gens vont mettre le bulletin dans l’urne, ils vont se dire quand même le soir du débat : elle n’était pas terrible Marine Le Pen”, a-t-il demandé à son invitée.

Jean-Marie Le Pen hospitalisé…. Marine Le Pen répond aux rumeurs sur l’état de santé de son père (VIDEO)

“Il ne s’est passé rien de tout ça. Il s’est passé que nous étions en fin de campagne”, s’est justifiée la femme politique. “Nous n’avions pas peut-être l’expérience d’un second tour à la présidentielle. En tout cas, si nous avions l’expérience d’un second tour. En 2002, nous n’avions pas l’expérience d’un débat, puisqu’en réalité il n’y avait pas eu débat.” Elle a ensuite évoqué un agenda surchargé, alors que celui de son adversaire avait été dégagé pour préparer la confrontation. “J’étais moi, très fatiguée en fin de campagne, ce qui est d’ailleurs compréhensible.”

La fille de Marine Le Pen agressée après une soirée à Nanterre

Si Marine Le Pen a admis avec un peu de recul que la stratégie n’avait pas été la bonne sur la forme, elle a en revanche réaffirmé que sur le fond tout ce qu’elle avait pu dire durant le débat s’était révélé “parfaitement exact”. “Vous avez dit vous-même : j’ai raté un rendez-vous important avec les Français”, l’a interrogée Thierry Ardisson. “C’est vrai“, a-t-elle acquiescé. “Vous savez quand on est homme ou une femme politique, il n’y a rien de pire que de penser qu’on a toujours raison et qu’on ne peut jamais commettre d’erreur”, a-t-elle conclu.