Marina Hands : "Je suis une voyageuse dans le temps"

« Je me décrirais comme… une voyageuse dans le temps. Le métier que je fais me permet en permanence de repousser les limites spatio-temporelles. En racontant une histoire à travers mes personnages, je vais au coeur de l’imaginaire. »

« Le métier d’actrice m’a changée… Il m’a apporté beaucoup de liberté, celle d’être imparfaite, faillible, différente. Je n’ai pas d’identité fixe et c’est très amusant. »

Lire aussi:Marina Hands. La chevauchée romantique

« Quand je ne suis pas sur scène… je suis sur mon cheval ou avec mon chien. J’ai besoin d’être dans un univers champêtre. Je suis fille unique et mes premiers copains étaient des animaux. »

« Théâtre, cinéma ou télévision ? Les trois, parce que c’est complémentaire et que ça évite la routine. En ce moment, je joue au théâtre des Bouffes du Nord et un prochain tournage m’attend avec Patrice Leconte. A la télévision, j’ai travaillé sur deux séries, “Zone blanche” qui va débuter sur France 2, et “Mytho” sur Arte. Je pourrais aussi ajouter la radio et ça m’est même arrivé de faire du doublage ! En fait, plus je fais des expériences différentes, plus je suis contente. Je ne veux pas être enfermée dans une case. »

« La dernière fois que j’ai été embarrassée… Aujourd’hui en arrivant en retard à cette interview, je déteste cela. Pour moi, c’est une question de respect. Dans notre métier, il y a tant d’anecdotes sur ces acteurs en permanence en retard sur les plateaux… donc j’essaie de ne jamais l’être. »

« Mes qualifications sont… multiples ! J’aime les diplômes et les prix, c’est comme des petits cailloux dans le temps ! Petite, je rêvais d’une carrière sportive, j’avais ce fantasme de la médaille ou de la coupe, c’est un objectif à atteindre et une forme de reconnaissance. J’ai donc passé mon flocon, mon diplôme de plongée, ma licence de cavalière ! J’ai été au conservatoire, dans une école de théâtre à Londres, pensionnaire à la Comédie-Française… »

« La dernière fois que j’ai pleuré… lorsque Pascal Rambert avec qui j’ai travaillé pour plusieurs pièces, a doublé un rôle au pied levé dans “Actrice”. C’étaient des larmes d’émotion ! Nous étions en tournée au théâtre de la Rotonde près d’Epinal, dans les Vosges. Ça m’a bouleversée, de partager avec lui l’histoire qu’il voulait raconter, de lui dire ses mots. »

« Ce que j’ai de plus précieux… Mes amis, ce sont les gens que j’ai choisis, des personnes qui me cadrent et me protègent. Ce sont mes garde-fous, ma famille préférée. » « Le verre à moitié vide ou à moitié plein ? Ça dépend des fois mais plutôt à moitié vide. J’ai toujours l’impression de courir après le temps, je trouve la vie trop courte. »

« Mon plus grand regret ? Je ne préfère pas le savoir car je ne veux pas m’appesantir sur une déception. J’ai des regrets mais j’essaie de les évacuer un maximum pour avancer. »

« J’aimerais qu’on se souvienne de moi… tout court, peu importe comment ! Et d’avoir compté et apporté quelque chose pour des gens, de positif de préférence. Mon métier prend tout son sens grâce au public. J’ai la sensation d’être en communion avec les gens, que nous faisons un voyage ensemble. »

« Soeurs (Marina & Audrey) », au théâtre des Bouffes du Nord, Paris Xe, jusqu’au 9 décembre.

Toute reproduction interdite