Frère Vergès : un Catalan béatifié à Oran avec les 19 martyrs religieux d'Algérie

24 ans après son assassinat à Alger où il officiait dans une bibliothèque de la Casbah en tant que frère mariste, Henri Vergès entre ce samedi dans le cercle des Bienheureux. Plusieurs membres de sa famille, frère et soeur, neveux et nièces se sont déplacés pour assister à la béatification de celui qui fut le premier d’une longue série de victimes de l’extrémisme religieux qui a durement touché l’Algérie pendant une dizaine d’années.

Preuve de la réconciliation nationale entamée à la suite de ces dramatiques événements, un hommage interreligieux a été célébré ce samedi matin en la grande Mosquée d’Oran, dédié aux 114 imams qui ont également péri durant cette sombre période. En ce début d’après-midi, le sanctuaire de Santa-Cruz, qui domine la ville, abrite la cérémonie de béatification des 19 religieux martyrs, dont les 7 moines trappistes de Tibhirine, que le Catalan Frère Vergès, côtoyait régulièrement.

Vendredi soir, au centre diocésain Pierre Claverie d’Oran était organisée une veillée pour les futurs bienheureux, en présence des familles et de la communauté chrétienne d’Oran. Ce lieu, qui abrite la cathédrale Sainte-Marie, où repose l’ancien évêque d’Alger qui lui a donné son nom, est hautement symbolique. C’est là en effet que Monseigneur Claverie fut tué à son tour en 1996, en compagnie d’un musulman qui a péri à ses côtés.