Des soldats israéliens tirent en l'air près de la frontière libanaise

Soldats israéliens

©
AP Photo / Hussein Malla

Des soldats israéliens ont effectué des tirs de sommation près de la frontière libanaise. Selon des médias, ils auraient visé une patrouille de l’armée libanaise. Tsahal précise pour sa part avoir visé un groupe d’activistes présumés du mouvement Hezbollah.

Des tirs de sommation ont été exécutés ce samedi par des soldats israéliens à l’est du village libanais de Meiss al-Jabal, non loin de la Ligne bleue, a annoncé l’agence libanaise NNA.

«Des militaires d’Israël ont tiré en l’air après s’être concentrés à proximité de la Ligue bleue, dans le secteur de Kurum al-Sharaqi, à l’est de Meiss al-Jabal», a indiqué l’agence.

Selon des médias, les soldats israéliens ont remarqué trop tard une patrouille de l’armée libanaise près de la Ligne bleue en raison d’un brouillard épais. 

Le service de presse de Tsahal a pour sa part annoncé que ses soldats avaient pris pour cible des membres présumés du Hezbollah. Selon l’armée israélienne, ils essayaient de s’approcher de la zone où Israël mène depuis le 4 décembre une opération contre les tunnels creusés sous la frontière libano-israélienne à l’initiative, selon lui, du mouvement chiite.

«Les militaires ont remarqué trois personnes, des membres présumés du Hezbollah, qui tentaient de s’approcher de la zone des travaux en profitant du mauvais temps. Nous avons ouvert le feu conformément aux normes d’utilisation d’armes, les trois hommes se sont enfuis. Les opérations continuent comme prévu», a indiqué Tsahal dans un communiqué.

Le 6 décembre, la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) a confirmé la présence d’un tunnel à la frontière entre le Liban et Israël.

L’armée libanaise et la FINUL ont augmenté le nombre des patrouilles le long de la Ligne bleue après le lancement par Israël de son opération «Bouclier du nord» contre «les tunnels du Hezbollah». Cette mesure est appelée à prévenir les incidents qui pourrait faire monter la tension dans la zone frontalière.

La Ligne bleue a été tracée par l’Onu après le retrait israélien du Liban du Sud en 2000. Le Liban ne reconnaissant pas l’État d’Israël, il n’a pas signé d’accords de frontière avec lui.