Sedan a le droit de rêver

Les Sedanais y sont presque. Après avoir successivement éliminé Mouzon (R3, 0-7), le Bassin Piennois (R2, 2-4), Jarville (R1, 0-2) et Bastia-Borgo (N2, 2-4), Jérémy Bekhechi et ses coéquipiers ne sont plus qu’à une marche des fameux 32es
 de finale, qui marqueront début janvier l’entrée en lice des équipes de Ligue 1. Ce niveau de la compétition, les Ardennais ne l’ont atteint qu’une seule fois depuis 2011 (voir ci-dessous). C’était il y a trois ans, au stade Louis-Dugauguez, face au SC Bastia de Brandao (défaite 2-0).

“La position de challenger est celle qui nous convient le mieux. On n’aura rien

à perdre et tout à gagner”

Pour espérer revivre ces émotions fortes et pimenter leurs fêtes de fin d’année, les Sangliers savent ce qu’il leur reste à faire : aller frapper un grand coup, ce soir, à Sannois-Saint-Gratien (16e de National). Sur le papier, c’est le pire tirage dont les Vert et Rouge pouvaient hériter, eux qui vont une nouvelle fois devoir batailler à l’extérieur. Dans les faits, l’affaire semble toutefois largement jouable, tant les Franciliens galèrent cette saison, notamment à domicile (1 seule victoire en 8 rencontres). « On n’a pas à avoir peur, confirme l’ailier Dylan Suray. On a les moyens de les embêter. »

À condition, évidemment, de ne pas déjouer comme face à Épinal le week-end dernier (0-1), mais de s’appuyer sur les matches références contre les cadors Borgo (4-2) et Créteil (3-1), que le CSSA a récemment terrassés dans son 4-3-2-1 en forme de sapin de Noël. « La position de challenger est celle qui nous convient le mieux, constate l’entraîneur Sébastien Tambouret. Encore une fois, on n’aura rien à perdre et tout à gagner. »

Le gros hic pour les Sedanais, c’est la cascade d’absences qui va de nouveau les handicaper. Alors que Diarra et Nagui sont suspendus, Zeghdane (ischios) et la révélation Jobava (quadriceps) ont rejoint Harvey à l’infirmerie.

De leur côté, Bourgeois et Bellaïd (en phase de reprise) sont loin d’être à 100 %, mais effectueront quand même le voyage, tout comme l’arrière central Calvin Mangan (douleurs au bas du corps), qui a été rassuré par les examens passés hier soir après avoir dû écourter la séance d’entraînement.

Le staff va, malgré tout, devoir aligner une défense largement remaniée devant le gardien Benjamin Dubois… quatre des habituels titulaires étant forfaits ou diminués. Dylan Suray devrait donc une quatrième fois dépanner au poste de latéral droit. « Ça ne me dérange pas du tout, sourit le Revinois, vu que dans notre système actuel, j’ai le côté entier pour moi et la possibilité de continuer à attaquer. La différence, c’est qu’il faut défendre beaucoup plus et faire davantage de courses. Mais ça, j’en suis capable, car j’ai un gros cœur. »

Le cœur, l’envie, la grinta, c’est justement ce qui pourrait bien faire la différence, ce soir. Aux Sedanais de répondre présent. Les 32es de finale sont au bout de l’effort.