Russiagate: Moscou a proposé à l'équipe Trump une «synergie politique» fin 2015

Petit à petit, Robert Mueller tisse sa toile. Alors qu’on attend toujours son rapport final, le procureur en charge de l’enquête sur la Russie a publié vendredi deux mémos faisant le point sur la coopération et les mensonges de deux proches de Donald Trump : son ancien avocat Michael Cohen et son ex-chef de campagne Paul Manafort, qui ont plaidé coupables. On apprend notamment que Moscou a contacté la campagne de Trump dès septembre 2015, pour lui proposer une « synergie politique ». Et ce n’est pas tout.

« Synergie à un niveau gouvernemental »

Dans un mémo de sept pages, le procureur spécial souligne que l’ex-avocat personnel de Donald Trump avait indiqué avoir été, en novembre 2015, avant que Donald Trump ne soit investi comme le candidat du parti républicain, en contact avec un Russe affirmant être « une personne de confiance » du gouvernement, offrant à la campagne « une synergie politique » et « une synergie à un niveau gouvernemental ». Il dit également avoir discuté avec le candidat d’une possible rencontre avec Vladimir Poutine, qui n’a finalement pas eu lieu. Michael Cohen a également reconnu que des discussions pour un projet immobilier à Moscou avaient été menées jusqu’à juin 2016.

Le paiement à Stormy Daniels, un crime « à la demande » de Trump

Dans l’affaire Stormy Daniels, qui est-elle gérée par la justice de New York, Michael Cohen a effectué des paiements « dans le but d’influencer une élection en coordination et à la demande d’un candidat », peut-on lire dans le mémo. En clair, la justice new-yorkaise – et pas Mueller – affirme que l’avocat de Donald Trump a commis un crime (felony) à la demande du candidat.

Les mensonges de Manafort

Robert Mueller a aussi détaillé vendredi tous les mensonges reprochés à Paul Manafort, l’ex-directeur de campagne de Trump, qui avait pourtant promis de coopérer avec le procureur spécial.

Manafort aurait notamment menti sur ses contacts avec un homme d’affaires, Konstantin Kilimnik, que les responsables américains soupçonnent de travailler pour les renseignements russes. Et il a caché qu’il communiquait toujours avec l’entourage de Donald Trump après sa mise en examen.

Avec les révélations sur la coopération de Michael Flynn, publiées cette semaine, l’épée de Damoclès semble plus que jamais se rapprocher de Donald Trump, même si pour le moment, il n’a été impliqué directement que dans le paiement à Stormy Daniels. Ce dernier a réagi sur Twitter : « Le président est totalement blanchi, merci ! ».

Totally clears the President. Thank you!— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) December 7, 2018