NBA : les Toronto Raptors chutent à Brooklyn

Cette fois, le Barclays Center et les Brooklyn Nets n’ont pas eu le coeur brisé dans les dernières secondes. Mercredi, les Nets avaient été crucifiés par Oklahoma City (112-114), un tir de Paul George donnant la victoire au Thunder qui avait été mené de 23 points. Vendredi soir, donnant l’impression de ne pas être touchés par cette énorme désillusion ou la série en cours de huit défaites, les joueurs de Kenny Atkinson sont repartis à l’assaut de Toronto (106-105 a.p.), la meilleure équipe de toute la ligue.

Au terme d’un match plutôt serré de bout en bout, ils auraient pu avoir le dernier mot dans les dernières secondes du temps réglementaire, mais Spencer Dinwiddie a été contré par Fred VanVleet lorsqu’il a attaqué le cercle (98-98, 48e). Habitués à craquer dans les fins de match serrées, les Nets ont bien tenu le choc dans les cinq minutes de jeu supplémentaires, grâce notamment à DeAngelo Russell, auteur d’un tir trop précipité coûteux en toute fin de partie contre Oklahoma City.

Le classement de la conférence Est

Vendredi, le meneur a marqué six des huit points de son équipe en prolongation (29 points, 5 rebonds, 5 passes au total). Et si Kawhi Leonard, encore présent dans tous les domaines (32 points, 4 passes, 4 interceptions, 3 rebonds, 1 contre), a écrasé un énorme dunk sur la tête de Jarrett Allen, c’est bien le jeune pivot (auteur d’un double double avec 12 points, 10 rebonds) qui a eu le dernier mot. À un peu plus d’une minute de la fin, il a inscrit le dernier panier (106-105), l’ultime tentative de VanVleet, au buzzer, s’écrasant sur le cercle.

15
Les Brooklyn Nets n’avaient plus gagné contre les Toronto Raptors depuis le mois d’avril 2015, soit 15 défaites de rang avant le succès de vendredi soir.

Même si ce n’est que la troisième défaite de Toronto en treize matches à l’extérieur (la sixième en 27 matches au total), ce résultat n’est pas totalement étonnant tant Brooklyn a connu des matches accrochés mais tous perdus récemment (cinq des huit défaites par six points ou moins dont trois par deux unités). « On est capables dans cette équipe, a affirmé un DeAngelo Russell remonté après le succès. Notre coach est très critiqué, les joueurs sont critiqués individuellement, mais on reste ensemble, on se bat et on doit juste finir les matches. Il n’est pas question de parler de notre jeunesse, de notre inexpérience, des arbitres… Il faut juste qu’on apprenne à aller chercher la victoire parce qu’elle ne nous tombera pas dans les bras. » Voilà Brooklyn reboosté avant le derby du New York, samedi soir, contre des Knicks à la peine en ce moment.

M. Ma.