Manifestations lycéennes : 200 personnalités appellent au retrait immédiat du flash-ball

Plusieurs lycéens ont été blessés par des tirs de flash-ball lors de manifestations ces derniers jours. 

Les ados ne sont pas des cobayes du maintien de l’ordre” : quelque 200 personnalités, dont Jean-Luc Mélenchon, plusieurs autres députés LFI, mais aussi des écrivains, cinéastes, sociologues et historiens, ont appelé le gouvernement à cesser “immédiatement” d’utiliser des lanceurs de balles automatiques (flash-ball) pour réprimer les manifestations, dans une tribune publiée jeudi 6 décembre par Libération. Les signataires se disent “profondément choqués” que les forces de l’ordre aient blessé des lycéens à la tête ces derniers jours. Les députés LFI ont par ailleurs annoncé, vendredi 7 décembre, avoir déposé une demande de commission d’enquête parlementaire sur la “violence contre des lycéens”.

A Garges-les-Gonnesse (Val-d’Oise), mercredi, un lycéen de 17 ans a été blessé à la mâchoire par un lanceur de balles de défense, par des policiers de Sarcelles. Il a été opéré et est sorti de l’hôpital depuis, selon une source proche de l’enquête. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a par ailleurs été saisie après un tir de flash-ball qui a grièvement blessé un adolescent de 16 ans devant un lycée du Loiret. Des “gilets jaunes” ont également été blessés par des tirs de flash-ball, dont un homme touché il y a une semaine, à Toulouse, et qui était toujours dans le coma vendredi.

Les signataires rappellent que le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a remis en janvier dernier à l’Assemblée nationale un rapport demandant explicitement le retrait “des lanceurs de balles de défense de la dotation des forces chargées de l’ordre public”.