L'Iran met en garde contre un "déluge" de drogue et d'attentats

Le président iranien Hassan Rohani (photo) a déclaré samedi qu’un “déluge” de drogue, de demandeurs d’asile et d’attentats pourrait s’abattre sur les pays occidentaux si les sanctions américaines affaiblissent l’Iran au point de l’empêcher de lutter contre ces phénomènes. /Photo prise le 26 septembre 2018/REUTERS/Brendan Mcdermid

DUBAI (Reuters) – Le président iranien Hassan Rohani a déclaré samedi qu’un “déluge” de drogue, de demandeurs d’asile et d’attentats pourrait s’abattre sur les pays occidentaux si les sanctions américaines affaiblissent l’Iran au point de l’empêcher de lutter contre ces phénomènes.

“Je mets en garde ceux qui imposent des sanctions que si la capacité de l’Iran à lutter contre la drogue et le terrorisme est affectée… vous ne serez pas à l’abri d’un déluge de drogue, de demandeurs d’asile, de bombes et de terrorisme”, a martelé Hassan Rohani pendant un discours retransmis à la télévision d’Etat.

Le trafic de drogue est un défi majeur pour l’Iran, qui partage une frontière avec l’Afghanistan, premier producteur mondial d’opium, et le Pakistan, un des principaux pays de transit des stupéfiants.

En 2012, les autorités iraniennes ont réalisé deux tiers des saisies mondiales d’opium et un quart des saisies d’héroïne et de morphine, selon un rapport des Nations unies publié en 2014.

Dans son discours, Hassan Rohani a une nouvelle fois accusé les Etats-Unis de “terrorisme économique”.

Son ministre des Affaires étrangères, Mohamed Javad Zarif, a reproché de son côté à Washington de vendre à ses alliés arabes bien plus d’armes qu’ils n’en ont besoin et de transformer ainsi le Proche-Orient en “poudrière”.

(Bureau de Dubaï; Tangi Salaün pour le service français)