L'Iran accuse les Etats-Unis de "terrorisme économique"

Le président iranien Hassan Rohani a accusé samedi les Etats-Unis de “terrorisme économique” et appelé plusieurs pays réunis à Téhéran à faire front commun contre les pressions ou sanctions américaines.

S?adressant aux chefs des Parlements d’Afghanistan, de Chine, de Pakistan, de Russie et de Turquie lors d’une rencontre régionale à Téhéran, il a estimé par ailleurs que tous ces pays subiraient les conséquences des pressions économiques américaines imposées à l’Iran.

“Les sanctions américaines injustes et illégales contre (…) l’Iran constituent un exemple clair de terrorisme”, a déclaré M. Rohani dont le discours était retransmis à la télévision d’Etat.

Les Etats-Unis de Donald Trump ont fait de l’Iran leur principale bête noire et ne cesse de mettre en garde contre la “menace” croissante que représente à ses yeux l’Iran au Moyen-Orient.

Son administration a quitté unilatéralement en mai l’accord sur le nucléaire iranien, conclu en 2015 entre Téhéran et les grandes puissances, dont la précédente administration de Barack Obama. Elle a par la suite rétabli des sanctions américaines à l’Iran.

– “Tous punis” –

“Le terrorisme économique vise à créer la panique dans l’économie d’un pays et à faire peur à d’autres Etats” pour les empêcher d’investir dans le pays visé par les sanctions, a ajouté M. Rohani lors de cette conférence sur la lutte contre le “terrorisme”, la deuxième édition après une première tenue à Islamabad en 2017.

“Nous faisons face à un assaut global qui ne menace pas seulement notre indépendance et notre identité mais aussi qui cherche à rompre nos relations de longue date” avec d’autres pays, a-t-il dit encore.

La plupart des pays représentés à la conférence de Téhéran ont été touchés par des sanctions ou pressions économiques américaines.

Une trêve dans la guerre commerciale entre Washington et Pékin a de nouveau été troublée cette semaine après l’arrestation de la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, arrêtée à Vancouver à la demande de Washington et soupçonnée de fraude.

L’administration Trump a par ailleurs de nouveau imposé à la Russie des sanctions qui avaient débuté après l’annexion de la Crimée, alors que la Turquie a été sanctionnée cette année pour avoir arrêté un prêtre américain, qui a ensuite été relâché.

Le président américain a aussi annulé des centaines de millions de dollars d’aide au Pakistan, accusé de laxisme dans sa lutte contre les groupes armés.

“Lorsqu’ils mettent la pression sur le commerce de la Chine, nous sommes tous touchés (…) En punissant la Turquie, nous sommes tous punis. Chaque fois qu’ils menacent la Russie, nous considérons, nous aussi, que notre sécurité est en danger”, a affirmé M. Rohani.

– “Insolence” –

“Lorsqu’ils imposent des sanctions sur l’Iran, ils nous privent, nous tous, des bénéfices tirés du commerce international, de la sécurité énergétique et du développement durable. Et en fait, ils imposent des sanctions à tout le monde”.

“Nous sommes réunis ici pour affirmer que nous ne comptons pas tolérer une telle insolence”, a affirmé le président.

afp/AFP

Le président iranien Hassan Rohani s’exprime devant une réunion régionale sur la lutte contre le terrorisme à Téhéran, le 8 décembre 2018

M. Rohani a par ailleurs averti l’Union européenne, qui tente de préserver l’accord nucléaire après le retrait américain, qu’elle avait beaucoup à perdre si ses efforts visant à détourner les sanctions n’aboutissaient pas.

Si ces efforts échouent, “les Européens doivent être conscients qu’ils vont porter atteinte à notre capacité de lutter contre la drogue et le terrorisme”, a-t-il dit, en référence notamment aux efforts de l’Iran à combattre différents types de trafics, par exemple depuis l’Afghanistan.

La semaine dernière, l’Iran avait dit qu’il ne pouvait pas attendre “indéfiniment” la mise en place par l’UE de son mécanisme devant aider Téhéran à vendre son pétrole malgré les sanctions américaines. L’UE travaille sur la mise en place d’un mécanisme devant faciliter les transactions financières et les ventes de pétrole iranien.