Lens se qualifie sans maîtrise face à Versailles

Non sans peine, le RC Lens s’est qualifié samedi pour les 32es de finale de la Coupe de France en battant Versailles (N3) 4-2. Les Sang et Or, comme la sono du Stade Montbauron qui a lancé trois fois « Les Corons », ont connu des ratés en début de rencontre. Sur la première erreur des nombreuses commises par Tka, qui a dégagé directement sur l’attaquant Abidi (1-0, 8e), les Lensois ont très vite été menés par des Versaillais combatifs. Les hommes de Philippe Montanier ont ensuite fait le plus dur en égalisant rapidement par Arial Mendy (1-1, 16e) puis en prenant l’avantage par Bellegarde à la retombée d’un ballon mal dégagé par la défense versaillaise (1-2, 24e).

Les résultats du 8e tour

Le cauchemar de Tka

Mais, avec une équipe totalement remaniée en raison des absences sur blessures (Centonze, Gillet, Radovanovic) ou par souci de préserver des cadres (Leca, Haïdara, Tahrat, Gomis…), les Nordistes se sont mis en grand danger juste avant la mi-temps. Tka a accroché grossièrement, dans un tacle aussi inutile que désespéré, Malpon dans la surface de réparation. Chalali a transformé, en deux fois, le penalty qui a renvoyé les coéquipiers de Mesloub, formé à Versailles, aux vestiaires et à leurs doutes (2-2, 44e).

Les Sang et Or ne les ont levés qu’à l’heure de jeu, sans s’être créés la moindre occasion jusque-là, avec un but de Keyi, bien servi une nouvelle fois par Bencharki (3-2, 62e). La suite, le but de Bencharki (4-2, 74e) comme l’expulsion du défenseur central local Bissenty Mendy (76e), a relevé de l’anecdote. Même si l’énorme raté de Keyi, seul à trois mètres du but (86e), a symbolisé le manque de maîtrise des troisièmes de L2.

Yohann Hautbois