Le boxeur Michel Soro à la conquête du WBA-Gold

« Si on s’incline samedi, on perd notre statut de challenger. » Voilà l’importance que Fayçal Omrani donne au match de son poulain Michel Soro (32 victoires dont 21 KO, un nul, deux défaites) face à l’Américain Greg Vendetti (20 victoires dont 12 par KO, un nul, deux défaites). Car ce duel n’est véritablement pas comme les autres.

Le vainqueur de ce premier duel obtiendra le nouveau titre WBA-Gold, la troisième ceinture des super-welters. Et le droit d’affronter le champion du monde WBA de la catégorie, désigné après le combat prévu début 2019 entre l’Argentin Brian Castaño, l’actuel détenteur de la ceinture, et le Cubain Erislandy Lara. Cet ultime duel couronnera le seul champion du monde WBA des super-welters.

Soro a déjà eu une première chance de gagner cette ceinture. Une défaite aux points en juillet 2017 face à l’actuel détenteur, Brian Castaño, l’avait privé de son rêve. D’où l’esprit de revanche qui anime déjà le boxeur de 30 ans à l’idée de recroiser sa route. « J’ai déjà ce match dans un coin de ma tête. Mais je me suis préparé physiquement uniquement pour le combat de ce samedi. Cela a été la plus longue (NDLR : 11 semaines à Big Bear Lake, en Californie) et la plus dure préparation que j’ai eue », indique l’ancien champion d’Europe des poids moyens.

Si le boxeur de Villeurbanne (Rhône) venait à remporter la ceinture de champion du monde, l’ascension ne sera pas finie. Il lui resterait enfin à défier le super-champion, actuellement l’Américain Jarrett Hurd, pour devenir le n° 1 de la fédération chez les super-welters. « On veut que Michel soit le champion incontesté, soutient Sébastien Acariès, organisateur du gala. Chaque combat est une étape. L’objectif in fine, c’est qu’il n’y ait qu’un seul champion ».