Gilets Jaunes : les maires ruraux de la Mayenne à l'écoute des citoyens

Grez-en-Bouère, France

En marge du mouvement des «gilets jaunes», l’objectif est d’ouvrir les portes des mairies pour recueillir la parole des citoyens. Les habitants sont invités à s’exprimer sur leurs préoccupations. Des doléances qui seront ensuite remontées au plus haut sommet de l’Etat. 

L’Association des maires ruraux (AMRF) et celle des petites villes de France (APVF) ont demandé à leurs élus d’ouvrir leurs mairies pour permettre à chacun “d’exprimer verbalement” sa colère. Le rôle du maire et du conseil municipal sera samedi “d’écouter, d’enregistrer et de faire remonter l’information, sans prendre parti, sans juger, sans contredire…”

“Charge ensuite à l’Etat de récolter, d’écouter et de synthétiser les remontées” précisent les deux associations qui regroupent environ 11.000 maires.

Entre le gouvernement et les campagnes, il y a de l’eau dans le gaz confie à France Bleu Mayenne Jean-François Lassale, élu à Grez-en-Bouère et président de l’association des maires ruraux de la Mayenne : “il y a un décrochage. Les gens se sentent perdus, isolés. On n’a plus confiance, on ne sait et on n’a plus la liberté d’entreprendre et on n’a plus la liberté de notre destin, c’est ça qui ressort du mouvement des gilets jaunes. Historiquement, les cahiers de doléances ont un sens : remonter en haut ce que dit le peuple. On est les relais de ce que ressent le terrain. Est-ce qu’en haut ça se sera compris, entendu ? C’est un autre sujet”.