Gilets jaunes: «Il n'y a que trois solutions, toutes institutionnelles», juge Pierre Rosanvallon

«
La seule once d’optimisme qu’on peut avoir, c’est que le coup de semonce est si fort qu’il faudra véritablement une rénovation démocratique
», juge Pierre Rosanvallon.

«
La seule once d’optimisme qu’on peut avoir, c’est que le coup de semonce est si fort qu’il faudra véritablement une rénovation démocratique
», juge Pierre Rosanvallon. – Pierre-Yves Thienpont.

Depuis Paris

Pierre Rosanvallon est historien et professeur au Collège de France. Il est l’auteur du livre Notre histoire intellectuelle et politique (1968-2018) (Éditions du Seuil). Il analyse la révolte des gilets jaunes et envisage l’issue de la crise.


Dans votre dernier livre, vous évoquez le moment populiste. Nous y sommes ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?

1€ pour 1 mois (sans engagement)

J’en profite