"Acte IV" des "gilets jaunes": rideau baissé pour les grands magasins parisiens

(AFP) – Rideau baissé. Samedi les grands magasins parisiens, qui d’ordinaire exposent leurs étincelantes vitrines de Noël et bourdonnent de clients à l’approche des fêtes de fin d’année, garderont porte close, pour la quatrième journée de manifestation des “gilets jaunes”.

“C’est la sécurité qui prime, nous allons fermer”, a déclaré à l’AFP une porte-parole de l’enseigne Fnac-Darty. Cela concerne trois magasins Fnac, ceux des Champs Élysées, de St Lazare et des Ternes, et quatre Darty (Ternes, Madeleine, République et Wagram).

Les groupes Galeries Lafayette et Printemps ainsi que le BHV Marais et les différentes enseignes du groupe Printemps garderont eux aussi leur rideau baissé “par précaution”.

Il s’agit de quatre magasins Printemps (Haussmann, Louvre, Nation, Italie) et quatre enseignes Citadium (Caumartin, Champs-Élysées, Beaubourg et Nation), et des Galeries Lafayette des secteurs des Champs-Élysées et de l’Opéra, mais aussi de Montparnasse et Nation.

Ces magasins rouvriront dimanche, mais pour l’heure la priorité est à “la sécurité des clients et des collaborateurs”, une semaine après les scènes de guérilla urbaine auxquelles a donné lieu la troisième manifestation des “gilets jaunes”, avec d’impressionnants dégâts, de l’avenue de l’Opéra à la prestigieuse avenue Foch, en passant par la rue de Rivoli et l’Arc de Triomphe.

Vendredi la Chambre de commerce et d’industrie de Paris Ile-de-France (CCI) a recommandé aux commerces parisiens situés “au sein et à proximité du périmètre de protection” créé par la préfecture de police “au coeur de Paris” de fermer et à ceux qui ouvriront de filtrer leurs entrées et de protéger leurs vitres et façades.

Jeudi, la préfecture de police de Paris avait déjà appelé les commerçants du secteur des Champs-Élysées à “fermer (leurs) portes et accès, mais aussi à sensibiliser leurs personnels sur les risques encourus”.

Un dispositif “cespplussur” permettra aux commerçants de recevoir des messages en temps réel sur les risques liés à la manifestation.

– Pas de clients –

L’Élysée redoute de nouveau une “très grande violence” samedi, et les services de renseignement ont fait passer tous les voyants au rouge en alertant sur la mobilisation des mouvements “d’ultradroite” et “d’ultragauche”.

“On sera fermés, la police nous a prévenus, on a prévu une planche en bois pour la porte”, dit à l’AFP Rosalie Sarmiento, responsable d’un bureau de changes sur les Champs-Élysées.

“Pendant la deuxième manifestation, on ne pensait pas que ça allait être si chaud, on a juste fermé et la porte a été brisée. La troisième semaine, on a reçu un mail de la police, on s’est mieux protégés”, raconte-t-elle.

Si les dégâts matériels se sont limités à la vitrine du bureau de changes, les pertes d’exploitation liées à sa fermeture seront conséquentes: décembre est le mois de plus forte activité, “surtout les samedis”, souligne-t-elle, les touristes venant changer leurs devises.

Même constat au Bistrot 25, un peu plus bas sur l’avenue: “On a ouvert à 9H00 samedi dernier, sans terrasse, parce qu’on était obligés de l’enlever, mais on a dû fermer à 16H00 car il n’y avait pas de clients”, regrette Anthony Sebag, directeur d’exploitation du restaurant.

Son chiffre d’affaires quotidien de “15.000 à 20.000 euros” est tombé à … “200 euros samedi dernier”, soupire-t-il. Peinant à faire reconnaître ses pertes d’exploitation aux assureurs, il fermera samedi.

Après les heurts qui ont ponctué le week-end dernier “l’acte III” du mouvement des “gilets jaunes” et fait 133 blessés à Paris, les commerçants redoutent surtout l’impact à long terme des manifestations sur l’image et l’économie de “la plus belle avenue du monde”.

Au-delà des grands magasins, une grande partie des musées parisiens – Louvre, Musée d’Orsay, Grand Palais…- seront fermés à Paris, comme des monuments – outre l’Arc de Triomphe, objet de dégradation samedi dernier, le Panthéon, la Sainte-Chapelle…-, des spectacles et des matches de foot seront annulés ou reportés.

Un dispositif policier “exceptionnel” sera déployé samedi, avec 89.000 membres des forces de l’ordre dans toute la France, dont 8.000 à Paris.