Tours : les gilets jaunes créent un service d'ordre pour se dissocier des casseurs

Parçay-Meslay, France

“Ça va être très dur”, regrette d’avance Baptiste, l’un des gilets jaunes installés sur le rond-point de l’Aviation à Parçay-Meslay, à la veille d’un nouveau défilé dans le centre-ville de Tours samedi 8 décembre.

Ces gilets jaunes d’Indre-et-Loire se désolidarisent des casseurs et espèrent que, cette fois-ci, il n’y aura pas d’affrontements avec les forces de l’ordre.

Les casseurs nous font une réputation de merde – Baptiste, gilet jaune

Un service d’ordre contre les casseurs

“La dernière fois, on a essayé déjà d’enlever un groupe de casseurs de notre groupe, ils ont fait appel à d’autres personnes pour pouvoir nous casser la gueule, sur la place Jean Jaurès devant la mairie, raconte l’un des porte-paroles des gilets jaunes de ce rond-point. On essaie de rester calmes face à ces gens-là, mais au bout d’un moment, même nous, on va s’emporter contre les casseurs.”

Pour mieux se désolidariser des casseurs, les gilets jaunes viennent de créer un service d’ordre. 20 d’entre eux ont été formés à reconnaître les casseurs et à les mettre de côté, pour que la manifestation se passe dans le calme.

“Nous, on y va pacifiquement”, insiste Baptiste. Les gilets jaunes craignent de nouveaux affrontements avec les forces de l’ordre, après un samedi 1er décembre particulièrement violent, qui a fait au moins 35 blessés, dont un manifestant qui a perdu sa main après avoir ramassé une grenade.

Crainte de nouveaux affrontements avec les policiers

“Quand on voit qu’il y a des personnes qui viennent avec des trous dans la main, avec des trous dans la jambe, avec la main explosée… On ne peut pas laisser faire ça”, intervient Jo, un autre gilet jaune.

“Nous on est assez calmes, mais ce n’est pas le même état d’esprit en face. On ne veut pas faire de mal” aux policiers, continue le porte-parole. “Ce sont des gens comme nous, ils vont aux toilettes comme nous, ils vivent comme nous, ils mangent. Personnellement, nous on a rien contre eux. Je pense qu’ils doivent en avoir marre aussi.”

“Il faut qu’ils se disent dans leur tête qu’il n’y a pas que les gilets jaunes, il y a aussi les casseurs qui leur tombent dessus”, rappelle Baptiste, alors que Jo compte sur la solidarité des policiers envers les gilets jaunes. Il souhaite que “les policiers se rangent de [leur] côté” pour avoir “une bonne entente”.

Malgré la création de leur service d’ordre, certains gilets jaunes ne manifesteront pas samedi à Tours. Marina-Flora préfère garder l’intendance au rond-point, “parce que j’ai des enfants donc si le papa de mes enfants y va, je préfère qu’il reste au moins une personne de côté et attendre justement qu’ils reviennent tous en entier et sans blessure”.

Pas convaincus par l’abandon de la hausse de la taxe sur le carburant

Manifestants ou pas, les gilets jaunes ne baissent cependant pas les bras, malgré l’abandon de la hausse de la taxe sur le carburant dans le budget de l’année 2019. “C’est rien ça, c’est un petit geste pour essayer de nous essouffler, ça ne marchera pas”, réagit Jo.

C’est mieux nous caresser pour mieux nous en… – Baptiste, gilet jaune

“On n’est entendus que sur un point, moi j’estime qu’il y a d’autres points aussi, pour les retraites, les salaires”, énumère Marina-Flora. “On veut l’ISF, on veut pour les retraités, pour les minima sociaux comme moi”, ajoute Jo.

Les gilets jaunes préviennent, même si Emmanuel Macron s’exprime en début de semaine prochaine, ça ne calmera pas leur colère. “Moi je n’y crois pas à ses paroles.”

à lire
Contrôle technique, carburants, énergie : les annonces d’Édouard Philippe en réponse aux “gilets jaunes”