Rugby Pro D2 – L'US Bressane corrige Mont-de-Marsan !

Les Violets rentrent dans ce match tambour battant. Un premier coup-de-pied dans une zone dangereuse, et les trois-quarts sont à l’affût derrière la ligne d’en-but. Mais le ballon fuse et est enlevé au dernier moment. L’USB obtient tout de même une première pénalité manquée par Debrach (3e). Deuxième cartouche avec des Montois de nouveau sanctionnés. Cette fois, Hugo Dupont cherche la pénaltouche. La touche bressane est propre mais la défense adverse résiste à cinq mètres de sa ligne (5e). Une seconde touche similaire est cette fois échappée par les hommes de Bresse (6e)… Puis Mont-de-Marsan, encore sanctionné, laisse une nouvelle pénalité à Debrach, qui convertit cette fois l’occasion (3 – 0, 11e). Après dix minutes de domination, ce petit écart est un moindre mal. Mais dès sa première incursion, le 3e de Pro D2 ne gâche pas la munition. L’ouvreur montois Romuald Seguy fait preuve d’opportunisme en claquant un drop (3 – 3, 13e).

Debrach ne loupe pas la pénalité pour repasser devant au score (16e, 6  – 3), au cœur d’un début de rencontre accroché. Debrach réalise un quasi sans-faute, si on excepte sa première pénalité, et colle encore trois points (25e, 9 – 3). La partie s’anime, tout comme les velléités violettes. Andrzej Charlat a du feu dans les jambes : il tape au pied, réalise une course de 40 mètres, et force son vis-à-vis à taper précipitamment en touche (27e). Verchère frémit ! Et c’est Mémé (Arnaud) Perret, le Violet de toujours, qui lui donne la première occasion d’exploser, en s’arrachant pour le premier essai de la partie (28e). Son premier essai de la saison en Pro D2, aussi. Debrach transforme, l’USB prend véritablement les commandes (16 – 3).

Mais de manière dommageable, Mont-de-Marsan parvient à se relancer dès le renvoi. Le puissant centre Ratu fonce tel un bulldozer pour aplatir, lui aussi, un peu trop facilement. Le public réclame un en avant sur l’action, mais l’essai est accordé… Seule satisfaction : Seguy loupe la transformation pourtant facile (16 – 8, 29e). Bourg remet les gaz dans la foulée. A l’image de Pierre Santallier, qui tape à suivre, réalise une percée de toute beauté sur son côté gauche, pour aplatir in-extrémis son propre coup-de-pied ! L’arbitre consulte son assistant, mais lève très vite le bras. Debrach transforme encore, Verchère se régale (23 – 8, 32e).

Réaction montoise avant le gong de la mi-temps. Les hommes du Sud-Ouest insistent près de la ligne burgienne. Ils veulent à tout prix réduire l’écart avant la pause. Ils insistent avec leurs « gros », avant de prendre le large vers l’aile gauche. Julien Cabannes pense conclure mais Perrin l’envoie en dehors des limites du terrain. De manière illicite, juge monsieur l’arbitre, qui sort l’ancien Berjallien pour dix minutes (40e). Sur la touche qui suit, Mont-de-Marsan ne parvient encore pas à faire rompre le roseau burgien. Toujours 15 points d’avance pour les locaux.

Les Bressans tiennent toujours la dragée haute aux “cadors” montois. Ils font mieux que résister au retour des vestiaires, se montrant admirables en défense pour ne rien concéder, et inscrivant même des points supplémentaires par Debrach (49e), et Viard juste après son entrée (57e, 29 – 8). L’avance est belle. Elle le devient encore plus lorsqu’après avoir campé devant la ligne montoise, enchaînant les mêlées gagnante, le paquet d’avants bressans est enfin récompensé. Il faut cinq mêlées gagnantes à cinq mètres de la ligne pour que l’arbitre accorde, enfin, l’essai de pénalité (36 – 8, 69e). Un juste retour pour une conquête solide. Bourg n’est plus qu’à un essai du bonus ! Mont-de-Marsan n’y est plus du tout, et multiplie les gestes d’agacement.

L’USB insiste, envoie des vagues. Totalement libérés, les Violets insistent. Hugo Dupont envoie une merveille d’offrande au pied dans l’angle droit pour Charlat, qui inscrit son troisième essai de la saison. Viard transforme, l’US Bressane tient son bonus offensif… (43 – 8, 75e) mais pour deux minutes, seulement. Comme en première période, les Bressans ont une faute de concentration dans la foulée, et Laousse en profite pour leur enlever le BO. L’essai est non-transformé, mais le résultat est le même (43 – 13, 77e). Pourtant, pourtant, ces gars-là ne lâchent rien ! Ils y retournent ! Et sont encore une fois récompensés par un essai de pénalité (50 – 13, 79e). Le bonus revient et reste dans les mains bressanes.

L. L.

0 COMMENTAIRE